Profiteuse?

Une femme qui touchait une rente AI complète depuis dix-sept ans pour cause de violents maux de tête a vu réduire cette rente de moitié, à la suite d’une réévaluation de son cas, après avoir été ultra-active sur les réseaux sociaux et dans les médias pendant plusieurs années. Cette dame s’était fait, nous dit-on, beaucoup d’ennemis en raison des causes qu’elle défendait et a été dénoncée par des gens qui estimaient qu’elle était apte à travailler, vu le temps qu’elle passait à taper sur son clavier et à militer pour les causes chères à son cœur.

La rentière fera recours. Elle estime en effet que «la nouvelle expertise est scandaleuse, car les mots de ses détracteurs ont été traités comme des rapports médicaux, et certains termes ont parfois été repris à la lettre dans le rapport»1.

La délation est une vilaine chose. Mais, si ce dont l’accusent ses détracteurs est vrai, on peut comprendre l’indignation de certains citoyens obligés, eux, de travailler pour vivre: pourquoi une personne qui passe des heures devant un ordinateur ou une caméra ne pourrait-elle pas utiliser ses aptitudes en travaillant, au moins à temps partiel, dans un bureau?

Les travailleurs et les contribuables en général sont de plus en plus las de casquer pour des parasites.

M. P.

 

1 http://www.20min.ch/ro/news/suisse/story/Rente-AI-revue-a-la-baisse-a-cause-de-62-000-tweets-15092636.

Thèmes associés: Société

Cet article a été vu 54 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions