Prolonger la vie

C’est curieux: ainsi que j’ai déjà eu l’occasion de le faire remarquer, on ne cesse de nous dire que le vieillissement de la population est une source de coûts, d’ennuis et de sacrifices divers, mais, paradoxalement, on ne cesse de chercher des moyens de prolonger toujours davantage la vie des gens. Des chercheurs réalisent sur l’espérance de vie des études, internationales ou non, et des journalistes rendent gravement compte des résultats «scientifiques» de ces enquêtes.

Selon une recherche portant sur six cent mille personnes, il appert, paraît-il, que chaque année d’études universitaires prolonge l’espérance de vie d’un an environ, «avantage» dont ne bénéficient pas les fumeurs – apparemment, le simple fait de fumer, indépendamment du nombre de cigarettes, suffit à annuler l’effet bienfaisant des hautes études. Quant aux gens en surpoids, ils doivent savoir que chaque kilo perdu prolonge leur vie de deux mois seulement. Après tout, ce n’est déjà pas si mal, surtout si les intéressés sont vraiment très lourds et s’y prennent de bonne heure!

Si on comprend bien, le non-universitaire, le fumeur et le maigrichon n’ont aucune chance d’augmenter leur espérance de vie, a fortiori s’ils réunissent ces trois particularités.

Il faut remédier à cela, au nom de l’égalité.

L’école s’y emploie, qui promeut avec énergie l’égalité des chances d’accéder à l’université.

Il ne reste plus qu’à interdire la fumée sous peine de sanctions draconiennes et à contraindre les gens à prendre du poids pour pouvoir en perdre. Une ou deux petites lois fédérales devraient venir à bout du problème.

Reste la question des moyens financiers, inégalement répartis dans nos sociétés.

Mais si on fait en sorte d’empêcher que «les personnes bien formées et riches [aient] plus facilement accès aux installations sportives, [soient] plus soucieuses de leur santé et [aillent] plus souvent voir un médecin»1, on supprimera aisément le vieillissement à deux vitesses qui empoisonne notre monde égalitaire.

On pourrait aussi, plus simplement, renoncer à de coûteuses recherches, qui ne servent à rien.

M. P.

 

1 20 minutes du 6 décembre.

Thèmes associés: Egalité, discriminations - Société

Cet article a été vu 234 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions