Vers le chaos

Qu’on le veuille ou non, c’est un fait! L’Europe, comme entité politique, s’est constituée, après la chute de l’Empire romain, sur la religion chrétienne. A ce titre, elle repoussa l’islam d’Espagne après l’avoir fait en France au VIIIe siècle. Y subsiste d’ailleurs un souvenir dans le nom du massif des Maures. Mais, c’est un fait, l’Europe s’est divisée religieusement, d’abord dans sa partie orientale, puis nordique. Le nationalisme s’est alors progressivement substitué au lien essentiellement religieux primordial. Il a engendré l’étatisme moderne avec le processus concomitant de la sécularisation.

C’est au nom de cette dernière idéologie que, dorénavant, l’islam reconquiert, prudemment et lentement mais sûrement, une place en Europe jadis chrétienne.

A cet égard, l’immigration d’Afrique ou d’Asie mineure constitue une réelle menace, dont la conscience est violemment occultée. En effet, dans les milieux officiels de la grande presse ou de la politique, on ne veut pas voir ni faire voir cette menace, et c’est au fond très naturel, car cette menace clairement perçue met directement en cause le processus que l’on croit acquis de la sécularisation. Peu à peu, mais de manière continue, les peuples d’Europe perdent leur identité historique au point que la notion même d’identité est devenue un objet de suspicion en Europe.

La distinction que l’on nous impose entre un islam modéré et un islam radical est totalement infondée si l’on se réfère à une connaissance historique et même scripturaire de cette religion. Ces deux qualifications obéissent à la même stratégie de conquête, l’une servant de voie d’accès à l’autre en temps voulu...

L’Union européenne veut une Europe sans Etats et sans en devenir un elle-même. Elle ne poursuit qu’un seul but: abolir de manière occulte mais continue l’ordre politique pour y substituer une simple gestion administrative des intérêts sous contrôle purement idéologique, les fameux «droits de l’homme». La paysannerie est la première couche sociale à en pâtir. Son enracinement constitue pour l’Administration une tare intolérable ...

Face à ce chaos qui menace, le personnel politique fédéral offre de jour en jour moins de garantie de salut, UDC mise à part chez nous. Mais l’Europe centrale et orientale perçoit mieux ce danger. C’est là une lueur d’espoir dans laquelle la Russie pourrait jouer un rôle opportun de nouvel impérialisme. Son obédience romaine dissiperait toute équivoque…

Michel de Preux

Thèmes associés: Histoire - Immigration - Religion

Cet article a été vu 76 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions