Mocheté

La Licra-Suisse, pour qui, apparemment, la fin justifie à peu près tous les moyens, y compris les plus nauséabonds – il fallait que je le place, celui-là! –, avait lancé en octobre 2017 un site de délation, caniveau.ch, incitant les internautes à traquer sur la toile les propos racistes et antisémites et à lui en dénoncer les auteurs, afin qu’elle puisse clouer ceux-ci au pilori publiquement et nommément.

Ce procédé n’a pas plu au préposé à la protection des données, et la Licra, qui tient beaucoup au respect de la loi – surtout quand il s’agit de l’article 261bis du code pénal –, a provisoirement bloqué son site si bien nommé pour lui apporter des modifications. Je fais confiance à son savoir-faire.

S’exprimant sur son blog le 9 novembre 2017, peu après la création du site, Philippe Kaenel, président de la Licra-Suisse expliquait sans sourciller: «Il ne s’agit en aucun cas de délation ou de dénonciation, mais simplement d’une mise en exergue. L’objectif est de responsabiliser les auteurs de tels propos qui auront, il faut le préciser, la possibilité de demander, moyennant le respect de certaines conditions, le retrait du site.»1

La Licra ne nous avait pas habitués à tant de mansuétude. En revanche la manière dont M. Kaenel recycle le sens des mots, si elle suscite mon admiration, ne me surprend pas du tout: il est d’autant plus indispensable d’ennoblir ses mochetés qu’on prétend lutter contre les mochetés des autres.

On ne saurait dire qui des dénoncés, des dénonciateurs et des incitateurs à la délation mérite la meilleure place dans le caniveau.

M. P.

 

1 https://blogs.letemps.ch/philippe-kenel/2017/11/09/pourquoi-caniveau-ch/.

Thèmes associés: Immigration - Politique fédérale

Cet article a été vu 164 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions