Cours de religions

L’enseignement des religions fait son retour à l’école, annonçait Le Temps sur son site le 12 juin1.

En effet, le chef du Département vaudois de la formation, de la jeunesse et de la culture, la socialiste Cesla Amarelle, en a décidé ainsi. Cette mesure concernera les degrés primaire et secondaire de l’école obligatoire.

Mais il ne s’agit pas, bien entendu, de catéchisme ou d’histoire biblique, ce qui irait, paraît-il, à l’encontre de la «neutralité confessionnelle de l’Etat».

Le but de cet enseignement traitant des principales traditions religieuses et de leurs composantes éthiques est d’une originalité qui laisse pantois. Il s’agit «d’éveiller les élèves au vivre-ensemble dans une société multiculturelle, de garantir une cohésion sociale et de prévenir les replis identitaires» et aussi d’«[apporter] à nos élèves des clés de compréhension des événements d’actualité».  

Bonjour la propagande!

En outre, «un accent spécifique sera mis durant les dernières années sur la prévention des extrémismes et des radicalisations au sein des différentes communautés».

Nul doute que l’accent sera particulièrement spécifique en ce qui concerne les extrémismes et les radicalisations au sein de la communauté chrétienne.

Je plains les malheureux professeurs qui, grâce à «une formation continue et une formation initiale», seront chargés de mettre sur le même pied le christianisme, le judaïsme et l’islam dans nos classes multiculturelles.

Les peuples gouvernés par des socialistes iréniques ne connaissent pas leur bonheur!

M. P.

 

1 https://www.letemps.ch/suisse/lenseignement-religions-retour-lecole.

Thèmes associés: Ecole - Egalité, discriminations - Immigration - Politique vaudoise - Religion

Cet article a été vu 208 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions