Projet-pilote

En 2007, les Lausannois avaient refusé la création d’un local d’injection pour les toxicomanes.

Qu’à cela ne tienne! A la suite de ce refus a été créé, sous forme de local d’injection pour «personnes, en priorité vaudoises, qui consomment de manière problématique des stupéfiants» – Ah! qu’en termes galants ces choses-là sont mises! – un «projet-pilote» qui durera trois ans et coûtera 1,26 million par année au contribuable lausannois. Le local en question s’est ouvert le 1er octobre dans le quartier du Vallon.

Cela devient une habitude chez nos politiciens, en particulier chez ceux qui portent haut la bannière de la démocratie: quand le peuple vote mal, on se débrouille pour contourner sa volonté. En l’occurrence, quelle meilleure solution, pour passer outre la décision de ces fichus Lausannois rétrogrades, qu’un innocent projet-pilote de durée limitée, qui, bien sûr, sera évalué avec le plus grand sérieux, un premier bilan intermédiaire devant intervenir après dix-huit mois déjà?

Nous aurons droit, dans dix-huit mois puis dans trois ans, à un bilan positif établi par des gens qui aujourd’hui déjà savent ce qu’ils auront à dire.

Et le local d’injection, solidement implanté, sera ainsi imposé par la gauche lausannoise et quelques insensés prétendument de droite à des citoyens qui n’en voulaient pas et l’avaient fait savoir.

M. P.

 

1 https://www.lematin.ch/vaud-regions/Lausanne-ouvre-lundi-son-local-d-injection/story/12418163.

Thèmes associés: Politique vaudoise

Cet article a été vu 69 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions