Lire

Les Cahiers de la Renaissance vaudoise1 ont publié récemment un guide de la vieille ville de Lausanne tout à fait original, intitulé Suivez le Guide! / Balade historique à travers le vieux Lausanne. Ce cahier d’un format inhabituel – il faut pouvoir le mettre dans son sac ou dans sa poche – contient les articles publiés entre novembre 2012 et octobre 2013 par Ernest Jomini, ancien pasteur converti au catholicisme, membre de la Ligue vaudoise, décédé en août 2016, sur son activité de guide d’accueil au Mouvement des Aînés; activité qui lui a permis de faire connaître le centre historique de Lausanne à de très nombreux groupes et visiteurs d’âges et de provenances divers.

Ce qui fait l’intérêt particulier de ce guide, c’est qu’il ne met pas seulement en évidence l’érudition de l’auteur, qui connaît sur le bout du doigt l’histoire vaudoise et lausannoise, mais aussi son talent de conteur et son art de manier l’ironie.

Qu’il parle d’histoire ou de politique, on sent toujours derrière le discours du guide les convictions de l’homme. Je trouve particulièrement savoureux l’épisode survenu alors qu’Ernest Jomini présentait à une école de recrues, au tournant des années 2000, le «haut lieu parlementaire» encore ouvert aux visiteurs qu’était le bâtiment du Grand Conseil. Je vous le livre donc à titre d’exemple:

(…) Nous pénétrons donc avec ces jeunes gens dans le sanctuaire du parlementarisme vaudois. Immédiatement une question surgit: comment est-il possible de placer cent huitante députés dans une salle construite pour cent personnes? Nous expliquons qu’on rajoute des chaises et que d’ailleurs tous les députés ne sont pas toujours tous présents. De nombreux conciliabules se tiennent dans les couloirs, voire à la buvette, pendant que la séance officielle se poursuit. Nos affirmations surprennent et scandalisent même ces jeunes gens, encore imprégnés par l’image du parlement qu’on leur a inculquée dans les cours d’instruction civique. Prenant la défense de nos députés, nous trouvons des excuses à leur manque d’assiduité: les séances sont longues, il leur faut subir beaucoup de redites, tout ça est souvent fort ennuyeux.

C’est alors qu’un jeune caporal nous interrompt: «Non, tout au contraire, c’est passionnant!» Comprenant que nous avons affaire à un député, probablement le plus jeune du Grand Conseil, nous lui donnons immédiatement la parole pour expliquer à ses camarades tous les charmes et l’intérêt de la vie parlementaire. Le jeune député d’alors a maintenant quelques années de plus; mais son enthousiasme parlementaire paraît intact: il est devenu conseiller national.

Peut-on rêver critique plus subtile de la démocratie parlementaire?

Suivez le guide! évoque aussi, au détour d’un monument, d’une statue, d’une fontaine ou d’un édifice, des personnages célèbres de notre canton, tels l’helléniste André Bonnard, l’avant-dernier évêque de Lausanne Aymon de Montfaucon, les Pères de la Patrie Henri Monod, Jules Muret et Auguste Pidou – [Ceux-ci] ont réussi à sauver l’indépendance vaudoise. Il est vrai que, dans les premières années de son existence et jusque vers 1840, les partis politiques n’existaient pas, ce qui facilitait grandement la réalisation d’une politique cohérente, explique Ernest Jomini – et quelques autres qui ont marqué la vie politique et religieuse de Lausanne, sans oublier, bien sûr, le Major Davel, premier héros, trop tôt venu, de l’indépendance vaudoise.

De l’Hôtel de Ville au château Saint-Maire, du château à la cathédrale, le guide nous emmène dans une promenade passionnante où se mêlent histoire, arts divers et théologie, comme le souligne Ernest Jomini à propos de la cathédrale.

Procurez-vous ce livre, si ce n’est déjà fait, et partez vous balader, guide en main, dans des rues et parmi des monuments que vous découvrirez sous un jour nouveau. Ce faisant, ayez une pensée reconnaissante pour ceux qui ont rendu possible la publication de ce cent cinquante-quatrième cahier si dense, à commencer par la jeune et dynamique Claire-Marie Scherz, directrice de publication, qui a accompli un travail fabuleux, mêlant respect de la tradition et utilisation intelligente des techniques modernes, et s’est investie à fond dans la promotion de Suivez le guide!

M. P.

 

1 Cahiers de la Renaissance vaudoise (CRV), place du Grand-Saint-Jean 1, case postale 6724, courrier@ligue-vaudoise.ch, Lausanne 2018, 77 pages, 15 francs.

Thèmes associés: Culture - Histoire - Notes de lecture

Cet article a été vu 65 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions