Délivrez-nous du bien

Délivrez-nous du bien, c’est le titre du dernier essai de Natacha Polony, co-écrit avec Jean-Daniel Quatrepoint aux éditions de l’Observatoire, dont le sous-titre rafraîchissant proclame: Halte aux nouveaux inquisiteurs.

Le droit de ne pas être offensé s’est transformé, sous l’action des minorités agissantes, en injonction à se taire. Sont particulièrement dans le collimateur tous ceux qui pourraient critiquer l’Islam. Tous ceux qui ne font pas repentance sur l’esclavage. Tous ceux qui n’épousent pas les délires des néo-féministes… le prisme dominant-dominé a remplacé les ouvriers par les minorités sexuelles ou raciales. L’ennemi est donc l’homme blanc, colonialiste, machiste. Et l’on pourrait ajouter hétérosexuel!

Si l’on en croit Natacha Polony, nouvelle directrice de la rédaction de l’hebdomadaire Marianne, les minorités qui nous dictent ce qu’on a le droit non seulement de dire, mais même de penser sont nées aux Etats-Unis et colonisent aujourd’hui l’espace médiatique également en Europe. Elle observe encore: Déléguer la réflexion sur les rapports hommes-femmes essentiellement à des lesbiennes, c’est un peu comme confier la critique gastronomique à des anorexiques ou à des végans: cela détermine légèrement le propos.

On ne saurait mieux dire! (cp)

Thèmes associés: Egalité, discriminations - Médias

Cet article a été vu 238 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions