Des nouvelles du local d’injection

En fait, il s’agit plutôt de non-nouvelles, car il semble bien que rien n’a changé depuis que nous avons évoqué le fameux local lausannois du Vallon en novembre: la structure d’accueil est sous-occupée et les toxicomanes de la Riponne n’ont pas bougé1.

Mais Matthieu Rouèche, directeur de la fondation Accueil à Bas Seuil (ABS), qui gère le local, tire de l’expérience un premier bilan positif – on n’entend jamais parler de premier bilan négatif dans ce genre de situation. En effet, tous les bénéficiaires potentiels du local d’injection ne profitent pas encore de la chance qui leur est offerte de continuer à se droguer dans un environnement plus confortable que des arrière-cours ou des WC publics. On semble donc espérer que, avec le temps, le local d’injection ne comptera plus une trentaine d’usagers comme c’est le cas maintenant, mais bel et bien la centaine prévue à l’origine. Il suffit de patienter, en somme.

La patience semble d’ailleurs être considérée comme une vertu cardinale dans cette affaire: les bienfaits de l’«espace de consommation sécurisé» tardant à se manifester par la disparition des toxicomanes du centre-ville et en particulier de la Riponne, Oscar Tosato, municipal en charge de la cohésion sociale, qui patronne l’expérience, «appelle les Lausannois à la patience et plaide pour une stratégie à “long terme”».

Comme le projet doit être évalué dans trois ans, les Lausannois pourront patienter à loisir… et passer à d’autres préoccupations pour le plus grand bénéfice des apprentis sorciers.

M. P.

 

1 https://www.20min.ch/ro/news/vaud/story/Le-local-d-injection-du-Vallon-ne-fait-pas-le-plein-11325902.

Thèmes associés: Politique vaudoise

Cet article a été vu 257 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions