Il ne faut pas menacer les mauvais employés!

La secrétaire n’avait pas fourni à son chef le rapport demandé et elle a été surprise en train de tenir au bureau une conversation téléphonique de nature privée.

Elle a donc été admonestée, mais elle n’a pas supporté le reproche. Elle s’est immédiatement rendue chez son médecin, qui lui a généreusement accordé plusieurs jours d’arrêt de travail pour des motifs psychologiques.

Interpellée par courriel, avec menace de licenciement, elle a eu l’idée de déposer contre son chef (une dame procureur du canton de Vaud) une plainte pénale pour tentative de contrainte et menaces.

A juste titre, le tribunal a acquitté la dame magistrat. Si ce procureur avait été un homme, le juge aurait-il osé l’acquittement? On l’espère! (cp)

Thèmes associés: Egalité, discriminations - Justice

Cet article a été vu 127 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions