Arithmétique

Dans mon article Criminels dangereux du Pamphlet no 482, j’écrivais ceci: «(…) on ne voit pas pourquoi, en effet, la peine privative de liberté maximale devrait passer de vingt ans actuellement (libération conditionnelle possible au bout des deux tiers de la peine, soit quinze ans) à soixante (libération conditionnelle possible au bout de quarante ans).»

Mon fils, qui a fait 6 de maths – sur 6, évidemment! – à son examen de spécialiste en économie bancaire avec brevet fédéral, m’a fait remarquer que deux tiers de vingt font 13,33…

Du coup, Claude Dubois avait bel et bien purgé les deux tiers de sa peine quand il a été mis au régime des arrêts domiciliaires avec bracelet électronique.

La libération conditionnelle au bout de quinze ans concerne la condamnation à vie.

Je vous prie d’accepter mes excuses et promets de faire 6 de maths si je tente un jour de devenir spécialiste en économie bancaire avec brevet fédéral.

M. P.

Thèmes associés: Justice

Cet article a été vu 95 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions