Goût de bouchon

On n’arrête pas le progrès, proclament les âmes simples. Et on a depuis peu une nouvelle illustration de cette marche inéluctable vers le bonheur, la paix, la sérénité: finies les angoisses du dégustateur chargé par ses commensaux de tester la qualité du Romanée Conti que le chef sommelier vient de déboucher avec la mine compassée et sévère qui convient à une opération de cette envergure.

Les chimistes de l’Université de Fribourg, sous la direction du professeur Katharina Fromm, ont mis au point une substance détectrice du goût de bouchon. Rien ne permet d’exclure que les nouveaux chimistes puissent mettre au point, dans un avenir plus ou moins rapproché, un appareil complexe qui puisse jauger la robe du vin, sa couleur et son éclat, sa limpidité et sa fluidité, son disque, ses larmes, après quoi un capteur se substituera au nez du dégustateur pour déceler parmi les sept cents arômes identifiés du bouquet ceux qui sont présents dans le nectar dégusté. Les notes de fleur blanche, de rose, d’agrumes, de cassis ou de vanille seront immédiatement identifiées.

Et comme les goûts des consommateurs ont tendance à se conformer à une moyenne, et que même les producteurs de Bordeaux vinifient pour plaire aux goûts de M. Robert Parker, on n’aura bientôt plus de vins originaux, caractéristiques et typiques, mais des crus plaisants et des piquettes déplaisantes.

Dans un domaine un peu différent, des scientifiques se sont demandé s’il existait un gène de la criminalité et, dès lors, si des manipulations génétiques seraient susceptibles de diminuer et même de supprimer la propension à l’agressivité, voire au crime. En 2009, la Cour d’assises de Trieste a accordé une réduction de peine d’un an à un détenu condamné pour meurtre, car son ADN l’aurait prédisposé à faire preuve d’agressivité. C’était la première fois que le patrimoine génétique d’un accusé était reconnu par la justice comme circonstance atténuante.

Rien ne permet d’exclure que des progrès scientifiques permettent demain d’isoler le gène du racisme, de l’homophobie, du révisionnisme ou de quelques autres abominations; et qu’une opération idoine permette de modifier le patrimoine d’un individu infecté, comme on stérilise un riz vulgaire par transgenèse, pour éviter que les opinions répugnantes ne soient transmises à la descendance. Vivent les OGM!

A partir du jour où on aura éradiqué, par manipulation génétique, la méfiance populaire à l’égard des autorités politiques et morales, et qu’on saura accorder la confiance qu’ils méritent aux hommes d’Etat qui vous font des promesses, aux historiens qui ont contrôlé leurs sources, aux prêtres qui vous invitent à une révision de votre catéchisme dans leur chambre à coucher, aux ingénieurs en aéronautique qui vous démontrent comment la troisième tour de New York est tombée grâce aux seules vibrations provoquées par l’effondrement des deux premières, à ceux qui affirment qu’il n’existe aucun risque d’invasion musulmane en Europe, alors, nous n’aurons plus besoin d’articles du code pénal pour réprimer des opinions divergentes, parce qu’il n’y aura plus d’opinions divergentes.

Et pour en être bien certains, nous bénéficions de la vigilance d’une délatrice appliquée, Mme Stéphanie Courouble Share, qui a enjoint (avec succès) à Amazone France de retirer de son catalogue une centaine d’ouvrages. La peste doit être éradiquée et les autodafés de Mme Courouble y contribuent.

Toute opinion hétérodoxe sera interdite, les haineux nourris aux OGM engendreront des enfants politiquement corrects, aucun professeur de gymnase ne sera écarté au motif qu’une ou deux pouffiasses parmi ses élèves se seraient plaintes d’une phrase malencontreuse, parce qu’on recommandera aux professeurs de ne rien enseigner.

L’humanité pourra quitter son séjour terrestre pour regagner l’Eden. On y produira du vin délicieux qu’on conservera dans des bouteilles à capsules. Il n’y aura plus jamais ni des méchants ni du vin pollué par un goût de bouchon.

Claude Paschoud

Thèmes associés: Humeur - Société

Cet article a été vu 386 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions