Ne cédons pas au chantage

Selon le dernier sondage Tamedia, la nouvelle loi sur les armes, qui sera soumise aux citoyens suisses le 19 mai, serait soutenue par 57% des votants, contre 42% d’opposants et 1% d’indécis. Il semblerait, et ce n’est pas pour m’étonner, que la crainte de voir la Suisse privée des avantages que lui valent les accords de Schengen et Dublin soit le principal moteur de l’appui dont jouit actuellement la nouvelle loi au sein de la population.

Depuis le début de la campagne, les partisans de la loi s’appliquent à terroriser les citoyens en brandissant le sort épouvantable qui serait automatiquement celui de notre malheureux pays si d’aventure les Suisses décidaient de ne pas se laisser impressionner par les menaces de l’Union européenne et de ses prophètes. Il faudrait recommencer à vivre comme à la fin du siècle dernier. Terrifiante perspective!

Quand on se trouve devant un chantage, la seule solution consiste à refuser de se soumettre, faute de quoi le maître chanteur revient forcément à la charge et dévore sa victime jusqu’au trognon. C’est ce qui attend la Suisse si nous cédons cette fois-ci. A chaque fois que l’UE voudra nous imposer quelque chose, elle brandira des menaces de sanctions – car c’est bien de cela qu’il s’agit –, lesquelles seront fidèlement relayées, voire exagérées, par les Philippulus qui sévissent dans les milieux économiques et politiques de la Confédération.

La Suisse est dans le collimateur d’une Union européenne fortement agacée par ce petit pays qui résiste encore et toujours à l’envahisseur. Mais l’UE n’a aucun avantage, pas le moindre, pas le plus minuscule, à «virer» notre pays des accords de Schengen et Dublin. Il est donc tout à fait probable que, en cas de rejet de la loi sur les armes, elle entrera en matière sur un arrangement. Et si elle ne le fait pas, si elle joue les pères fouettards, nous nous passerons de sa collaboration. Ce ne sera pas la première fois que la Suisse suivra son propre chemin. Le 6 décembre 1992, à la suite du rejet de l’EEE, les prophètes de service nous prédisaient un avenir apocalyptique. Nous sommes toujours debout et plutôt en bon état.

Ne cédons pas au chantage. Proclamons notre attachement à notre indépendance et à notre souveraineté. Votons NON à la nouvelle loi sur les armes.

Mariette Paschoud

 

Thèmes associés: Politique fédérale

Cet article a été vu 188 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions