L’avis de Samantha Cougnard

Madame la Rédactrice,

Vous le savez sans doute, voici de nombreuses années que ma grand-mère Louise Cougnard nous a quittés pour aller rejoindre là-haut le paradis des bonnes âmes. Je me souviens d’elle, les dimanches, lorsque nous nous réunissions en famille pour un brunch (elle était très moderne et nous avait initiés à cette merveilleuse habitude anglo-saxonne), qui s’enflammait sur les sujets les plus divers. Que de prises de bec avec mon oncle, qui n’arrêtait pas de la contredire sur tous les sujets. Il faut avouer que mon tonton a toujours été un vieux rétrograde sclérosé avec des idées de grand-papa, alors que ma mamy était très en avance sur son époque.

Tout ça pour dire que, dimanche dernier, mon oncle et ma tante étaient venus voir leurs petits-neveux et, après deux bouteilles d’un excellent vin chilien acheté chez Magasin du Monde, mon oncle a commencé à critiquer les grèves que font les étudiants pour sauver la planète. Et là, je me suis fâchée, parce que c’est drôlement bien ce qu’ils font les jeunes pour que les politiciens prennent conscience que c’est eux l’avenir et qu’il faut leur laisser une terre en bon état. Et là je me suis revue petite fille et j’ai compris que c’était mon destin de reprendre le flambeau laissé par ma mamy Louise et de faire comprendre au monde quelle est la Vérité.

Je commence donc par vous, Madame la Rédactrice, et vous annonce que vous aurez régulièrement de mes nouvelles, car vos lecteurs ont besoin que quelqu’un leur montre ce qui est juste et bien, de sorte qu’ils arrêtent de croire toutes les sornettes que vous leur servez.

Salutations distinguées.

Samantha Cougnard

Thèmes associés: Environnement - Facéties

Cet article a été vu 93 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions