Et Dieu créa…

Lors de sa session ordinaire des 14 et 15 juin 2019, la dernière de la législature, le Synode de l’Eglise évangélique réformée du Canton de Vaud a «[ratifié] la Constitution de l’Eglise évangélique réformée de Suisse (EERS) du 18.12.18»1. Ce faisant, il a fait de l’Eglise vaudoise un membre d’une «Eglise nationale» qui se substituera sous peu à la Fédération des Eglises protestantes de Suisse (FEPS).

Lors du débat, l’illusion d’une plus grande influence dans le monde grâce à une Eglise centralisée l’a emporté sur le bon sens de délégués qui connaissent bien les méfaits de la centralisation.

Pour la petite histoire, on notera que la ratification a recueilli trente-quatre voix contre vingt et quatre abstentions, QUINZE délégués n’ayant pas jugé utile d’assister au débat. On ne peut donc pas dire que le sujet ait soulevé des flots d’intérêt et d’enthousiasme, mais la démocratie est sauve, et, à mon avis – j’ai toujours eu mauvais esprit – le Conseil synodal en partance souhaitait liquider la question, afin de mettre les nouvelles instances devant fait accompli. Sait-on jamais: le nouveau Conseil synodal et le nouveau Synode auraient pu torpiller le projet…

Nos lecteurs savent ce que je pense de cette prétendue Eglise – en fait, nous dit-on, une «communion d’Eglises» qu’on appelle «Eglise» par pur souci de simplification. Je n’y reviens pas.

Au cours de la discussion a été énoncée la crainte que le président de l’EERS – qui ne sera autre que l’actuel président de la FEPS Gottfried Locher, ne soit considéré par les protestants de Suisse comme une sorte de pape ou d’évêque. Qu’on se rassure, le président n’exprimera que les prises de décisions de l’«Eglise nationale». Il se contentera, si on comprend bien, d’un rôle de primus inter pares chargé de la communication avec les instances extérieures.

C’est dans cet esprit, probablement, que «Gottfried Locher, président de la Fédération des Eglises protestantes [s’est dit] en faveur du mariage pour tous»2; qu’il a expliqué, «à titre personnel» et revêtu de sa casquette de théologien, que «comme tout, l’homosexualité a aussi été créée par Dieu», ce qui implique, si les mots ont un sens, qu’elle doit être respectée et acceptée par tous.

On se réjouit beaucoup d’entendre le pape/évêque de l’Eglise évangélique réformée de Suisse se prononcer, au nom de son «Eglise», en faveur de la procréation médicalement assistée et de la gestation pour autrui propres à assurer aux couples LGBT la possibilité de fonder une famille; et oublier, en tant que théologien et «à titre personnel», que «comme tout, la stérilité a aussi été créée par Dieu» et devrait donc être respectée et assumée.

M. P.

 

1 https://eerv.ch/documents/synode-2019/, procès-verbal, Synode des 14 et 15 juin 2019, point 9 de l’ordre du jour.

2 20 minutes du 19 août.

Thèmes associés: Egalité, discriminations - Religion

Cet article a été vu 89 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions