Joyeusetés climatiques

diversLe Pamphlet n° 487 Septembre 2019

Greta est nulle en math

La jeune Suédoise Greta Thunberg est devenue une célébrité mondiale en courbant l’école le vendredi. Invitée au sommet mondial sur le climat de l’ONU organisé à New York, elle avait refusé de s’y rendre en avion en raison des émissions de carbone que ce moyen de transport génère.

Il est probable que tous les cours de mathématiques étaient concentrés sur le dernier jour avant le week-end, car, dans le cas contraire, on ne s’explique pas que Greta ne se soit pas rendu compte toute seule à quel point sa croisière à travers l’Atlantique en bateau à voile était une sottise. En effet, pour ramener le bateau, cinq membres d’équipage devaient faire le voyage jusqu’à New York en avion. Un skipper est rentré en Europe à la nage... – non je rigole, en avion. Elle-même rentrera sur un porte-conteneurs, où sa présence et celle de son papa, qui l’accompagne, ne devraient en effet pas faire de grosse différence.

On se perd en conjectures sur les raisons qui ont empêché la jeune fille de rentrer à la maison sur son bateau zéro émission. Un peu pénible peut-être?

Ce qui est sûr, c’est que le jour où ma fille me dit qu’elle va faire la grève pour une bonne cause, je lui flanque une bonne fessée et je l’envoie à l’école fissa. (mip)

Humilité

D’après L’illustré, qui consacrait le 16 août à la jeune Gretha Thunberg, enfant prodige de l’écologisme militant, un reportage frisant l’idolâtrie, l’adolescente suédoise n’aime pas être au centre de l’attention.

C’est sans doute pour cette raison que, dès le 26 août, voyant poindre le terme de sa traversée de l’Atlantique en voilier zéro carbone, entreprise pour se rendre au sommet mondial de l’ONU sur le climat, elle a tenu tout le monde au courant du moment probable de son arrivée à New York, histoire d’y être accueillie par un flopée de partisans, de journalistes et de personnalités plus ou moins officielles, venus à bord de moyens de transport polluants lui rendre un hommage mérité.

Le Sommet Action Climat organisé par le secrétaire général de l’ONU António Guterres – et qui ne manquera pas de causer de nombreux dommages à l’environnement, comme toutes les réunions internationales de ce genre – a été fixé au 23 septembre. Dans l’intervalle, Mlle Thunberg aura eu tout loisir de conscientiser, avec l’aide d’une jeunesse manipulée, les masses laborieuses des Etats-Unis.

Pauvres Américains! Ils n’avaient tout de même pas mérité ça. (mp)

Vaine démagogie

Le mardi 10 septembre, les «grévistes du climat» avaient rendez-vous avec «les plus hautes sphères du canton, élues et spécialistes de l’environnement confondus», afin de discuter du «plan climat vaudois»1. Il n’est évidemment rien sorti de cette rencontre. Personne ne s’en étonnera, à part cette folle jeunesse militante habituée à obtenir tout ce qu’elle veut tout de suite et qui – horreur! – a «fait le constat de l’impuissance du Conseil d’Etat face à l’ampleur de la crise».

Nos jeunes climatomaniaques vont donc poursuivre leurs manifestations publiques, ce qu’ils auraient probablement fait de toute façon, car rien n’est plus festif que de bouéler des slogans dans les rues.

Quant aux «plus hautes sphères du canton», elles feraient bien de méditer sur le fait qu’on ne s’attire pas des électeurs en faisant semblant d’être «à l’écoute» de quelques adolescents immatures. (mp)

1 https://www.20min.ch/ro/news/vaud/story/De-us--les-grevistes-allument-le-Conseil-d--tat-26404170.

Perceuse nucléaire

Il y a quelques années, la télévision française passait une excellente publicité, qui mettait en scène une dispute entre voisins, où le premier se plaignait du bruit de la perceuse électrique du second. Celui-ci répliquait que sa perceuse était nucléaire, car 75% de l’électricité était d’origine nucléaire.

Aujourd’hui, cette proportion a légèrement baissé en France et ne représente plus que 71%1. Mais, dans le monde, le nucléaire ne semble pas si important, car, en 2017, il ne représentait que 10,4% de la production globale. Chouette, direz-vous, les énergies vertes ont le vent en poupe, la planète est sauvée. Que nenni: 65,1% de l’énergie mondiale est  produite par le thermique à flamme; autant vous dire qu’on n’est pas sorti de l’auberge en ce qui concerne les émissions de CO2..

Donc, au moment de changer de voiture, ne pensez pas faire un «geste citoyen» en achetant une voiture électrique. Avec le programme de sortie du nucléaire, votre voiture a de fortes chances de devenir un véhicule à charbon. La boucle sera bouclée. (mip)

[1] https://www.edf.fr/groupe-edf/espaces-dedies/l-energie-de-a-a-z/tout-sur-l-energie/produire-de-l-electricite/le-nucleaire-en-chiffres.

Enfin une démarche intelligente!

«Le monde doit accélérer sa préparation aux conséquences “inévitables” du changement climatique, adaptation qui présente en outre des opportunités économiques.» C’est ce que recommande, à travers une étude, la Commission globale sur l’adaptation, fondée en 2018 sous l’impulsion des Pays-Bas1.

Le fait que cette commission est dirigée par l’ancien secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon, le fondateur de Microsoft Bill Gates et la probable future directrice du Fonds monétaire international Kristalina Georgieva ne m’inspire pas vraiment confiance. Je ne suis pas non plus en mesure d’évaluer l’importance des éventuelles «opportunités» économiques annoncées.

Mais je trouve réjouissant que des gens comprennent enfin qu’il faut s’attaquer aux conséquences inévitables d’un changement climatique inéluctable, plutôt que de pleurnicher sur des causes irrémédiables – quels qu’en soient par ailleurs les responsables.

Il faut s’adapter maintenant, selon l’étude de la Commission globale pour l’adaptation.

C’est un chantier gigantesque, qui touchera aux infrastructures, à la protection des populations, de la nature, des terres agricoles, de l’eau et j’en passe; sans compter la nécessité de systèmes d’alerte efficaces et de plans d’évacuations bien rodés.

Renvoyons les gamins à leurs chères études, arrêtons les vaines querelles idéologiques et mettons-nous au travail! (mp)

1 https://www.24heures.ch/monde/monde-doit-s-adapter-maintenant/story/27729790.

Thèmes associés: Coups de chapeau - Coups de griffe - Divers - Environnement - Politiques diverses

Cet article a été vu 84 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions