Rébellion

Je vais vous en raconter une bien bonne: le climat change, mais personne n’en parle. Si vous avez l’impression qu’on vous matraque à coups de réchauffement climatique et de prédictions apocalyptiques, c’est que vous forcez sur le chasselas. Personne n’en parle, vous dis-je.

C’est pourquoi s’est créé en octobre 2018 au Royaume-Uni un mouvement appelé Extinction Rebellion qui s’est donné pour mission d’alerter le monde sur l’urgence climatique en recourant à la désobéissance civile. En pratique, ces gens font passer un  message d’une rarissime originalité en bloquant illégalement des rues, des ponts ou des ronds-points, c’est-à-dire en empoisonnant la vie non seulement des automobilistes, mais aussi des cyclistes et des usagers des transports publics; tout cela dans le but de réveiller les autorités politiques.

Le vendredi 20 septembre, une «action d’envergure»1, pour laquelle aucune autorisation n’avait été demandée, évidemment – on n’allait tout de même pas courir le risque d’obtenir la bénédiction d’autorités compréhensives et de renoncer ainsi à la désobéissance civile! –, s’est déroulée sur le pont Bessières à Lausanne. La manifestation, qui réunissait environ deux cents personnes, paraît-il,  s’est déroulée le plus pacifiquement du monde, puisque elle n’a été émaillée que de quelques échauffourées…  Elle a débuté aux environs de midi, en présence de «forces de l’ordre [qui] ont fait preuve d’un esprit de conciliation et ont évité la confrontation». Elle s’est terminée à vingt heures.

Pendant huit heures donc, des Lausannois ont dû modifier leur itinéraire, au risque d’arriver en retard à leurs rendez-vous et de polluer l’atmosphère plus encore que de coutume, parce qu’une brochette de dictateurs en herbe voulait obliger le Conseil fédéral à réagir et que, «face à un événement largement pacifique, la Police de Lausanne a opté pour une stratégie privilégiant le dialogue, avant d’engager une évacuation forcée des lieux».

Apparemment, ceux, qui, comme moi, estiment que les contribuables ne paient pas la police pour regarder benoîtement pendant des heures deux cents glandeurs disposant du temps et des moyens de passer l’après-midi assis par terre sur un pont ne sont que de vieux grincheux imperméables à la grandeur du combat mené par Extinction Rebellion.

M. P.

 

1 https://www.20min.ch/ro/news/vaud/story/-Policiers--doucement--on-fait--a-pour-vos-enfants--23079746.

Thèmes associés: Environnement - Justice - Politique vaudoise

Cet article a été vu 91 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions