Editorial

Faut-il admettre les transsexuels dans l’armée suisse? Le chef du Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS) Viola Amherd et le commandant de corps Philippe Rebord, chef de l’armée, le pensent.

Moi aussi.

«Tout homme de nationalité suisse est astreint au service militaire. La loi prévoit un service civil de remplacement.»1

Je vous épargne le couplet sur le service civil et m’en tiens à l’obligation de servir.

Qu’est-ce qu’un homme? C’est toute personne inscrite à l’état civil comme étant de sexe masculin, que ce soit de naissance ou à la suite d’une demande de changement de sexe.

Toute personne de sexe masculin en âge de servir doit être convoquée au recrutement. Il n’y a aucune raison de faire une différence entre les hommes d’origine et les autres, quand bien même certains des seconds n’auraient changé de sexe que sur le papier. Si l’homme répond aux exigences de l’armée – ou de la protection civile – en matière d’aptitude au service, il doit être incorporé. Si, au contraire, il est déclaré inapte, il doit payer la taxe militaire, qui constitue sa participation à l’effort de défense commun. De même, les femmes de fraîche date doivent pouvoir s’engager à titre volontaire comme les autres et aux mêmes conditions que les autres.

L’armée est là pour défendre le pays et préparer les militaires au combat. Elle n’a pas pour fonction de gérer la «diversité».

C’est pourquoi, si je partage les vues de Mme Amherd et du commandant de corps Rebord quant à la nécessité de recruter tous les hommes de nationalité suisse en âge de servir, je trouve scandaleux qu’ait été créé le 1er avril 2019 un Bureau sur la diversité, destiné à mieux intégrer les «personnes transgenres».

Apparemment, l’armée suisse juge que les «personnes transgenres» ne sont ni assez intelligentes ni assez courageuses pour assumer leurs choix et qu’elles ont besoin d’une pouponnière.

Je me demande si commencer par les injurier est un bon moyen de favoriser leur intégration.

Mariette Paschoud

 

1 Art 59, al.1 Cst.

Thèmes associés: Armée - Egalité, discriminations

Cet article a été vu 123 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions