PS cherche femmes jeunes

La Conseillère d’Etat zuricoise Jacqueline Fehr, cinquante-six ans, se préoccupe de l’avenir du Parti socialiste suisse et en particulier du futur occupant de sa présidence. Pour elle, ce président doit être une présidente, jeune de surcroît. C’est une façon comme une autre de faire savoir à Christian Levrat, actuel patron du PS, qu’il n’est plus, à quarante-neuf ans, qu’un vénérable vieillard à jeter aux orties.

Qu’on le jette aux orties ne me dérangerait nullement, pas plus que la disparition de son parti. Ce qui m’agace, c’est qu’une tête de linotte prône une promotion fondée sur le sexe – comme si le fait d’être femme était un gage de compétence et de hauteur de vue – et l’âge – comme si la jeunesse était en soi une vertu.

C’est déjà vexant de n’être élu à un poste que parce qu’on est femme ou jeune. Mais accéder à une fonction uniquement parce qu’on est femme et jeune doit représenter le comble de la frustration. Et pourtant, ces dames se pressent au portillon!

M. P.

Thèmes associés: Egalité, discriminations - Politique fédérale

Cet article a été vu 71 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions