Impair

En automne 2018, Migros avait mis sur le marché des sachets de soupe destinés aux enfants. Il y avait, pour les garçons, des sachets de «soup for champions» de couleur bleue, portant l’image d’un jeune footballeur; à l’intention des filles, on avait conçu des sachets roses ornés d’une sorte de fée couronnée et d’un «soup for glamour queens» du plus bel effet. Ces emballages avaient déclenché un tollé chez les obsédés du politiquement correct, qui les avaient jugés genrés, sexistes et stéréotypés, comme il se doit dans ce monde décérébré.

Soucieuse de conserver sa clientèle, Migros a fait machine arrière et propose maintenant un seul modèle de sachet: de couleur turquoise, il annonce toujours une «soup for champions» et met en scène un footballeur et une footballeuse.

Pour une fois, la détestable habitude qu’ont les commerçants de recourir à l’anglais a eu un effet bénéfique pour Migros, puisque le mot «champions» est épicène dans la langue de Boris Johnson: en français une «soupe pour les champions et les championnes» aurait seule pu contenter les conformistes compulsifs, lesquels ne doivent pas connaître beaucoup d’enfants. Si c’était le cas, ils sauraient que les petites filles raffolent des vêtements et accessoires roses Hello Kitty, si genrés et stéréotypés soient-ils.

M. P.

Thèmes associés: Economie - Egalité, discriminations

Cet article a été vu 76 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions