Inégalité

Le 15 octobre, l’Assemblée nationale française a adopté un projet de loi bioéthique – où l’on chercherait vainement une éthique quelconque –, qui permettra à toutes les femmes de bénéficier de la procréation médicalement assistée (PMA).

Toutes? Non!

Nos amis des 4 Vérités Hebdo nous apprenaient le 4 octobre que l’Assemblée nationale française avait rejeté par 60 voix contre 51 un amendement visant à autoriser la PMA post mortem.

Je passerai comme chat sur braise sur le fait que le sujet a intéressé 101 députés sur les 577 que compte l’Assemblée nationale.

Motif de ce refus, qui ne concerne évidemment que les veuves ayant entamé avec leur conjoint un processus de PMA? L’intérêt de l’enfant, pardi! Il ne faudrait tout de même pas qu’il grandisse dans l’ombre d’un père idéalisé par une mère endeuillée!

Comme il est évident que les célibataires et les lesbiennes qui recourront à la PMA ne nuiront d’aucune façon à l’intérêt de l’enfant sans père qu’elles concevront, les veuves auront toujours la possibilité de les imiter en recourant à un donneur inconnu.

M. P.

Thèmes associés: Egalité, discriminations - Ethique - Politique française

Cet article a été vu 87 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions