Entre l’ordre et le chaos

«Le meurtre, le viol, l’assassinat, la décapitation, le massacre et le sacrilège de la mort pour réjouir le cœur des croyants étaient tous pratiqués et enseignés par Mahomet et observés par les musulmans à travers l’histoire.»

Ali Sina, ancien musulman iranien, Lettre à l’humanité dans L’islam, sacrée violence, textes fondateurs, Malek Sibali, éd. de Paris, 2011, p.131.

Nous vivons décidément une étrange époque et l’histoire ne semble plus être une leçon pour nos contemporains. Des soldats donnent leur vie au Mali en y combattant le fanatisme islamiste et, de notre côté, nous nous obstinons à voir dans cette religion une modération que dément ouvertement son texte fondateur, le Coran, où, au contraire, le bellicisme et la haine des chrétiens sont des plus explicites.

Nous croyons favoriser la paix et la convivialité en Europe et, simultanément, nous refusons de voir dans cette immigration musulmane, que nous refusons de contrôler avec une élémentaire prudence, un danger précisément pour la paix religieuse et civile en Europe.

Quelles sont les causes de cet aveuglement? L’irénisme et la lâcheté qui se conjuguent quotidiennement, par une absence volontaire de lucidité et de connaissance objective des choses. L’Occident est lâche. Pourquoi?

Parce qu’il rejette sans le dire ouvertement ses racines chrétiennes. Il n’accorde désormais au christianisme qu’un statut identique à n’importe quelle autre religion non chrétienne. L’esprit des «Lumières» est à l’origine de cet aveuglement collectif. L’Eglise, qui a d’ailleurs condamné les «Lumières», nous enseigne qu’un tel comportement n’est qu’un athéisme qui ne s’avoue pas ouvertement. Oui, l’Occident est devenu, de fait, athée par les «Lumières».

C’est là, clairement, un motif de punition divine et, de notre part, un mépris de la raison. Nous sommes fiers de nos sciences, mais, simultanément, nous détruisons nous-mêmes le milieu dans lequel elles ont prospéré et sans lequel elles ne peuvent survivre durablement.

Il est grand temps de voir ce danger et d’agir en conséquence. La lucidité ne suffit pas. Il faut y ajouter la foi religieuse et le courage. Ce sont là les vœux que tout bon Européen se doit de formuler ouvertement et publiquement, dont l’hommage aux martyrs du Mali est, je l’espère, un heureux prélude.

Michel de Preux

Thèmes associés: Histoire - Religion

Cet article a été vu 323 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions