Joyeux Noël!

Le nouveau directeur d’une école primaire de Wil (SG) a décidé, «par respect pour les autres cultures et religions», de supprimer trois chants de Noël dans le spectacle de fin d’année que les écoliers préparent à l’intention de leurs familles.

C’est au nom de la «neutralité confessionnelle» que les autorités fédérales refusent l’installation d’une crèche au Palais fédéral.

Bref, le christianisme est sacrifié sur l’autel de la diversité, de la tolérance et du respect de l’autre, cet autre dont la sensibilité doit être ménagée absolument.

On notera que les apôtres du multiculturalisme ne jugent nullement nécessaire de respecter la culture et la religion chrétiennes, pas plus qu’ils ne se soucient de la sensibilité des chrétiens.

Le petit Jésus n’a qu’à retourner dans son étable, dont il n’aurait jamais dû sortir! (mp)

Thèmes associés: Egalité, discriminations - Politique fédérale - Religion

Cet article a été vu 318 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions