Serviteur infidèle?

Un employé de l’Etat de Vaud sympathise activement avec des mouvements écolos prônant la désobéissance civile. Il sert notamment de «contact presse» aux agités d’Extinction Rébellion, dont on sait qu’ils se plaisent à bloquer des lieux de passage et à occuper des locaux d’entreprises; qu’ils se moquent des ordres de la police; qu’ils violent donc la loi.

On s’interroge à l’Etat et dans la presse pour savoir si cette activité est compatible avec son statut de «fonctionnaire», s’il aurait dû en avertir sa hiérarchie, s’il a négligé de respecter un quelconque devoir de réserve.

C’est faire beaucoup de bruit pour rien: puisqu’il s’est trouvé un juge pour acquitter des apôtres du climat qui avaient commis des délits objectifs, il n’y a pas lieu de chercher noise à un paisible citoyen, qui se contente de convoquer des journalistes à des occupations d’entreprises non violentes. (mp)

Thèmes associés: Environnement - Politique vaudoise

Cet article a été vu 198 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions