Prudence

A la veille de la votation sur l’extension de l’article 261bis du Code pénal à la discrimination et à la haine en raison de l’orientation sexuelle, tous les grands partis se sont prononcés en faveur de la modification, à l’exception de l’UDC. Mais qu’on se rassure, cette dernière n’a pas non plus préconisé le rejet: s’abstenir de prendre parti, c’était ce qu’elle pouvait faire de plus courageux sans mettre en péril sa réputation.

Christoph Blocher avait déjà fait preuve de faiblesse en 1994 lors du référendum sur l’introduction de notre loi bâillon. On dit qu’il s’en est mordu les doigts par la suite.

Mais on dit tant de choses…

M. P.

Thèmes associés: Egalité, discriminations - Politique fédérale

Cet article a été vu 54 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions