C’est encore plus grave!

Il apparaît clairement aujourd’hui que la pandémie de Corona virus et ses conséquences effrayantes en Europe sont directement imputables à l’incurie, à l’imprévoyance, à la bêtise même des gouvernements, ou de leurs conseillers en matière sanitaire, qui n’ont rien vu venir, et, lorsqu’ils ont enfin vu, ont pris les plus mauvaises décisions.

Aujourd’hui, au louable prétexte de lutter contre la transmission du virus, on a suspendu les libertés individuelles en décrétant un confinement presque total, l’arrêt de la production, probablement de multiples faillites et sans doute des suicides. Le bilan final est-il raisonnable?

Les pays d’Asie qui ont pu maîtriser le fléau ont pratiqué autrement: d’abord des tests d’un dépistage massif et généralisé (encore fallait-il disposer de tests en suffisance), le port du masque généralisé (encore fallait-il…) et un traitement des gens infectés, hospitalisés ou au moins confinés, dès le début de l’infection.

En Europe, on n’a pas de tests pour un dépistage massif, pas de gants, pas de masques et pas de solution pour l’hygiène des mains. On en est réduit à ordonner à tout le monde de rester chez soi, en attendant que meurent les dernières victimes de cette incurie des «élites», par détresse respiratoire pour les patients ou par épuisement total pour les soignants.

On nous racontera fièrement que les mesures ordonnées ont permis de sauver mille (ou dix mille ou cent mille) vies humaines, mais qu’elles auront coûté, hélas, cent milliards (ou mille ou dix mille) à l’Etat, aux entreprises, aux particuliers. Mais l’Etat c’est qui? C’est évidemment le peuple, qui va payer la note par l’impôt ou par l’inflation et alors même qu’il faudra tout reconstruire. Non pas des bâtiments atteints par des bombardements, mais tout un outil de production pulvérisé par l’imprévoyance des gouvernements et les mesures de confinement.

Sur le plateau de TF1, un crétin présenté comme un médecin expert a déclaré qu’il fallait absolument respecter le confinement total, car, «c’est le seul médicament efficace contre la maladie». Il n’y a pas besoin de sortir de l’université pour comprendre que l’incarcération dans son propre logement n’est pas un médicament, au mieux une tentative de freiner la propagation du virus, alors qu’on s’est réveillé trop tard pour adopter les bonnes mesures.

Face à la nécessité de sauver des vies humaines, les libertés individuelles ont peu de poids proclament d’autres imbéciles. Et ce sont les mêmes qui protestent contre l’abaissement des vitesses autorisées sur les routes départementales ou contre l’augmentation du prix des cigarettes. S’ils étaient cohérents, ils réclameraient les limitations de vitesse à 20 km/h et l’interdiction de fumer sur tout le territoire!

Malgré les discours martiaux du Président Macron, le Coronavirus fera beaucoup de victimes. J’en ferai peut-être partie. Mais cette pandémie aura eu quelques effets positifs: on n’entend plus les manifestants «pour le climat» ni les femelles aux seins nus vociférer dans les rues. La consommation baisse, il y a moins de déchets, moins de déplacements inutiles, on a plus de temps pour lire ou faire des enfants…

Il y a quelque temps, l’intitulais mon billet: «Nous sommes gouvernés par des nigauds». J’ai bien peur que ce soit encore plus grave!

Claude Paschoud

http://www.claude-paschoud.ch/blog/?p=331

Thèmes associés: Société

Cet article a été vu 858 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions