Le polythéisme moderne

Est-ce le grand retour du polythéisme? Non. Il a déjà eu lieu. Evidemment, nul temple en l’honneur de Zeus, de Pluton ou d’Odin n’a été construit récemment et pour cause: le nouveau panthéon réclame des honneurs sous une forme renouvelée. De qui veuillé-je parler? De ces dieux diffus et insidieux dont la plupart ignorent les avoir mis au pinacle. Les voici: Ecologie, Féminisme, Libéralisme et tant d’autres.

Chacun d’entre eux a ses rites, son clergé et sa liturgie propre.

Prenons quelques exemples.

L’Ecologie a deux églises principales, une de tendance institutionnelle et l’autre de tendance anarchique. La première est dirigée par la Pythie de Stockholm Greta Thunberg. Les vapeurs lui font voir un monde promis à la mort si tous les sacrifices ne sont pas concédés à Ecologie. L’autre secte, Extinction rébellion, prône une guerre ouverte contre le dieu maléfique Libéralisme Economique1. Ce mauvais conseiller des castes supérieures serait la raison d’une gestion insouciante des ressources naturelles.

Citons également l’Eglise internationale de Féminisme, organisée en covens. Les conciles décrètent les nouveaux jours saints, dédiés à la vénération de Féminisme, à chômer, à se réunir et à participer au prosélytisme dans les rues, que ce soit le 8 mars (journée internationale des femmes2) ou le 14 juin (en référence à une grève de 1991 en Suisse) sur un plan plus local.

Cette religion civile (ou politique) est, comme tout polythéisme, ouverte aux hommages de tout un chacun, même de ceux qui se dévouent plus particulièrement à d’autres dieux. Certains sont, telles des vestales, entièrement consacrés à une divinité, se laissant consumer par la flamme de leur ferveur et par leur dieu. 

Le christianisme a déjà eu des démêlés par le passé avec la dévotion aux faux dieux. Les nouveaux cultes sont d’autant plus difficiles à combattre qu’ils ont abandonné les idoles de bois inanimées, dont l’impuissance se démontrait plus aisément. A l’instar des platoniciens, que combattait saint Augustin, les nouveaux croyants sont bien conscients que la superstition est un mal et qu’il faut rechercher la vérité. Ils comprennent pour la plupart qu’il y a un sens à l’histoire, voire qu’il existe une âme du monde, le plan de Dieu et Dieu lui-même pour ainsi dire. Malheureusement, ils drapent leur dieu dans les étoffes de la raison, de la sagesse et de la solidarité. C’est ainsi qu’ils tombent dans le même travers que les platoniciens: prier de faux dieux pour le salut de l’âme.

Terrible erreur! La partie devient le tout et le moyen la fin. Certainement, le Seigneur approuve qu’on prenne soin de la création qu’il nous a offerte. C’est l’écologie, mais l’écologie n’est pas Dieu et n’assure nullement le salut des croyants, que ce soit dans le siècle ou dans la vie éternelle. Les femmes peuvent être efficaces en dehors du foyer. Mais est-ce une raison pour hypostasier le féminisme et lui rendre un culte? Penser l’économie pour qu’elle profite à tous, sans excès en faveur des uns ou des autres est raisonnable. Pareillement, que viennent faire les dieux Libéralisme et Socialisme?

Le plus grand malheur n’est peut-être pas tant de voir ces faux dieux recevoir les hommages dus au Seigneur seulement, mais de voir des chrétiens tomber dans ce gouffre. Combien de paroissiens prônent le militantisme pour l’égalité des genres? Combien soutiennent l’extrémisme écologique? Tous pensent agir pour le bien commun ou s’acheter une conscience, une place au Paradis. Mais combien gardent réellement Dieu au centre de leur pensée politique et sociétale?

Alcibiade

 

1 Attention toutefois: le dieu Libéralisme est multicéphale. Autant son aspect libéral-économique est le Mal Absolu pour la plupart des autres cultes, autant le libéralisme des mœurs — dont l’un des fils est Libertinage —, se voue à sauver la société opprimée par Patriarcat, son ennemi.

2 https://www.un.org/fr/observances/womens-day.

Thèmes associés: Egalité, discriminations - Religion - Société

Cet article a été vu 1339 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions