Vlan!

Les milieux culturels et sportifs regorgent de vedettes toujours prêtes à se faire un peu de publicité en s’exprimant sur des sujets très médiatisés, qui n’ont rien à voir avec leur spécialité. Je ne leur conteste pas ce droit, évidemment, mais il appert que certains de ces donneurs de leçons feraient mieux de se taire, car il se trouve souvent quelqu’un pour exhumer de leurs propos passés une affirmation en flagrante contradiction avec le discours du jour.

C’est ainsi que l’actrice et chanteuse américaine Lea Michele s’est vu reprocher, à la suite de son hommage rendu au Noir américain George Floyd mort à Minneapolis lors d’une intervention policière, des propos racistes tenus précédemment en présence d’anciens collègues.

Evoquant la malheureuse soudain livrée à la vindicte publique, la une de 20 minutes titrait, le vendredi 5 juin: Son passé lui revient en pleine figure.

On se perd en conjectures sur le phénomène qui a permis au passé de Lea Michele de lui revenir dans la figure plutôt que dans les fesses, comme ce devrait être le cas, en toute logique, lorsqu’une personnalité est «rattrapée par son passé»!

Mais qu’importe: gifle et fessée sont des châtiments équivalents, qui auraient été épargnés à cette dame si elle avait eu le bon sens de renoncer à se faire mousser.

M. P.

Thèmes associés: Egalité, discriminations - Médias

Cet article a été vu 67 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions