Mélange des genres

Pro Natura, tout comme les autres associations qui se vouent à la protection de la nature et de la faune, s’est félicitée du rejet de la «révision inacceptable de la loi sur la chasse». C’est compréhensible. Ce qui l’est moins, c’est le langage adopté par la rédaction de La Nature Vaudoise, organe de Pro Natura dans le canton de Vaud, à la veille de la votation1. On trouve certes dans cette respectable revue des arguments qui peuvent se discuter, mais certains passages sont davantage le fait de militants politiques de gauche que d’authentiques et courtois amoureux de la nature.

Qu’on en juge:

Page 2: Il ne fait nul doute que les quelques groupes d’intérêts qui sont parvenus à imposer leur vue à la majorité crédule, pour ne pas dire ignare, du Parlement vont réactiver leur matraquage mensonger dans les semaines à venir. Si par malheur leurs boniments fallacieux l’emportaient, la Suisse (…) donnerait la vision d’une contrée obscurantiste, allant totalement à contresens de la Raison et de l’Histoire.

Page 6: A l’origine, l’objectif de la révision visait essentiellement la gestion plus pragmatique du loup. Malheureusement, elle a été retoquée par la majorité de droite du Parlement fédéral qui, en 2019, l’avait métamorphosée en un salmigondis réactionnaire. (…)

On croirait lire La Brèche, qui fut, dans les années 1970, l’organe de presse de la Ligue marxiste révolutionnaire. (mp)

 

1 La Nature Vaudoise no 172, septembre 2020.

Thèmes associés: Citations - Environnement

Cet article a été vu 326 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions