Ne dites pas…

Ne dites pas: «Monsieur Pierre Maudet, conseiller d’Etat genevois démissionnaire, déclare qu’il a pressurisé ses collaborateurs pour le bien de la collectivité.» Dites: «Monsieur Pierre Maudet, conseiller d’Etat genevois démissionnaire, déclare qu’il a pressuré ses collaborateurs pour le bien de la collectivité.»

Le souci du bien commun doit être prioritaire, évidemment, pour un conseiller d’Etat. Aussi ne saurait-on reprocher à ce dernier de servir ses concitoyens par tous les moyens, y compris l’épuisement de son personnel et son intention de se présenter à sa propre succession quand aura lieu l’élection complémentaire entraînée par sa démission.

Je ne serais pas étonnée que M. Maudet ait fait l’objet d’une cabale. Il ne serait ni le premier ni le dernier politicien trahi par ses pairs.

Mais je ne peux m’empêcher de penser qu’il joue avec le feu en comptant sur les Genevois pour le renvoyer au Gouvernement et en se posant en héros qui sacrifie son intérêt à celui de la population.

Le pinailleur

Thèmes associés: Politique genevoise

Cet article a été vu 44 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions