Au courrier

Nous avons demandé aux rédacteurs de la première heure de nous envoyer un commentaire. Notre ami Michel de Rougemont a eu l’amabilité de donner suite à notre appel. (Réd.)

Chère Mariette

Pour répondre à ton souhait à l’occasion des 50 ans du Pamphlet, voici en une seule phrase ce qui peut en être dit:

Alors qu’il devenait impératif de décerner un prix aux meilleurs cornichons afin de les mettre au vinaigre et de passer au bûcher les objecteurs de conscience, les élans libertaires d’une poignée disparate d’étudiants firent qu’ils jugèrent nécessaire de ne plus subir les oukases de la pensée unique du camp du bien de cette époque pour publier un organe de presse nouveau et pamphlétaire qui fut d’emblée vilipendé comme facho et pire par ce même establishment qui s’effrayait que l’on ne pensât pas comme lui mais qui n’a fait, malgré les efforts méritoires de ces rebelles pourtant bien sages d’éclairer ces vessies opaques, que perpétuer et amplifier son emprise au point de ne plus seulement décréter le bien mais d’exclure toute autre manière de le penser, rendant le processus même de formation de l’opinion sujet à normalisation ce qui, immanquablement car a priori, condamne comme hérétique toute tentative de réflexion originale, bien que, malgré tout, cela n’ait pas empêché le Pamphlet de maintenir son cap critique quoique parfois sur une pente savonneuse, méritant ainsi d’être encouragé et de se faire souhaiter un redoublement du demi-siècle qu’il célèbre.

Meilleurs et amicaux messages.

Michel

Thèmes associés: Au courrier - Coups de chapeau - Médias

Cet article a été vu 110 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions