Démocratie d’opinion

Qu’en penser? Ceci pour ce qui relève de l’essentiel: elle ne saurait être une forme légitime de régime politique.

Les pays suisses se sont caractérisés en Europe par leur rejet commun des monarchies, séculières ou épiscopales. Dans ce sens, la Confédération suisse fut effectivement le berceau de l’une des démocraties les plus connues d’Europe moderne.

Mais on aurait tort d’en faire l’ancêtre de la démocratie moderne, qui est une démocratie d’opinion, très nettement issue de l’idéologie de la Révolution française, notamment par son athéisme public. En effet, dans ce régime, l’Etat n’a, en tant que tel, aucune obligation de reconnaître publiquement aucun culte. Il est donc en cela formellement athée.

D’où l’essor de plusieurs de nos lois modernes, par exemple le divorce par simple consentement mutuel, l’avortement et, dans un sens tout aussi moral, le rejet de la peine capitale pour les crimes les plus graves ou les plus odieux.

Face à l’islam qui menace désormais l’Occident, à long terme, ces régimes officiellement athées seront très vraisemblablement vaincus. C’est là l’enjeu à long terme du phénomène de l’immigration venue d’Afrique du nord principalement.

Pourtant, ce sujet est systématiquement et sciemment ignoré dans la grande information. Nous en paierons donc le prix en temps voulu. Comme entité politique, l’Europe est née chrétienne. Elle se suicide comme entité politique par ce rejet de ses racines religieuses.

Qui s’en soucie?

Michel de Preux

Thèmes associés: Divers - Histoire - Immigration - Politiques diverses - Religion

Cet article a été vu 183 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions