Endettement public, la Suisse bon élève

Il faut le savoir, le niveau d’endettement de la Suisse, toutes administrations confondues, est très raisonnable. A fin 2019, il n’atteignait pas 40% du produit intérieur brut, qui comptabilise la totalité de la production à l’intérieur de nos frontières. Pour donner un point de comparaison, la moyenne de l’UE se situait au-dessus de 100% à la même époque.

Ces bons résultats sont la conséquence, d’une part, de la gestion raisonnable des deniers publics, et, d’autre part, d’une économie dynamique qui permet aux différents niveaux de l’Etat d’engranger des recettes fiscales suffisantes pour couvrir leur train de vie.

Depuis lors, notre copain le Covid-19 a passé par là, semant la zizanie à tous les étages, et les dépenses extraordinaires générées par la crise vont logiquement provoquer une augmentation du niveau d’endettement. Mais les projections semblent indiquer que l’on ne devrait pas dépasser de beaucoup les 45% à fin 2021, ce qui reste parfaitement gérable. Reste à espérer une reprise rapide de l’activité économique afin que les recettes se maintiennent et que l’on puisse à nouveau remplir, totalement, nos verres de Chasselas au café du coin.

Mi. P.

Thèmes associés: Economie - Politique fédérale

Cet article a été vu 261 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions