Gare aux vaches!

Il y a des loups du côté du Marchairuz. Les amis de la faune sauvage en sont ravis, les vaches qui paissent dans le coin un peu moins. Il paraît que la présence lupine les rend agressives, qu’il vaut mieux ne pas trop s’approcher d’elles et renoncer à traverser leurs pâturages.

On les comprend ces pauvres bêtes. Pour la plupart privées de cornes, elles n’ont aucun moyen de défense contre les prédateurs et aucun abri où se réfugier.

Nos aïeux n’ont eu de cesse de faire disparaître le loup de nos contrées à une époque où personne ne songeait à couper les cornes des vaches.

Ils étaient sûrement très stupides, mais les amateurs de balades pouvaient se promener tranquillement dans les pâturages de la Vallée.

M. P.

Thèmes associés: Environnement - Politique fédérale

Cet article a été vu 591 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions