Offensive

Les décisions que le Conseil fédéral devait prendre, lors de sa séance du 13 octobre, à propos de l’offensive prévue contre les nombreux citoyens encore rétifs à la vaccination étaient très attendues. L’idée de rémunérer les «faiseurs de vaccinés» au moyen d’un bon de 50 francs allait-elle être maintenue en dépit de l’opposition massive des cantons? 15 millions de l’argent des contribuables, non vaccinés compris, allaient-ils être injectés dans la guerre menée contre les égoïstes et irresponsables «antivax»? Les citoyens, vaccinés ou non, allaient-ils être la cible des appels téléphoniques ou des visites de conseillers chargés de remettre les récalcitrants sur les rails pour un salaire de 60 francs de l’heure?

L’insoutenable suspense a pris fin avec la conférence de presse du Conseil fédéral, qui a eu lieu à Lucerne après un «vrai beau moment» de «rencontre avec le peuple» au Musée des transports: l’injurieux susucre de 50 francs, qui tablait sur l’avidité des proches des non-vaccinés, a été abandonné face à la fronde des cantons. Pour le reste, tout sera mis en œuvre – pour le détail, voyez votre quotidien habituel – afin que la population soit enfin informée et les 15 millions dépensés comme prévu.

«Informer, informer, informer… répondre aux questions, lever des doutes et surtout informer» serait, selon le compte rendu de 20 minutes en ligne du 13 octobre1, le nouveau credo du Conseil fédéral, relayé par le chef du Département de l’intérieur.

Quel bonheur! Nous allons enfin connaître la vérité sur le nombre réel des décès dus exclusivement au Covid 19, sur le nombre réel des gens qui sont morts ou ont été gravement atteints dans leur santé à cause des vaccins, sur le pourcentage réel des patients non vaccinés qui encombrent les lits d’hôpitaux, sur l’état réel de la recherche relative aux vaccins qu’on inocule à la population. Nous allons enfin savoir, chiffres à l’appui, s’il est vrai que des pays où le taux de vaccination est très élevé ont subi une recrudescence de l’épidémie, alors que d’autres, présentant un taux comparable, sont en passe de rendre leurs libertés à leurs habitants.

En plus, la population suisse aura l’inestimable privilège de recevoir une lettre du Conseil fédéral – je m’apprête déjà à la mettre sous verre.

Une crainte m’assaille, toutefois: puisque les conseillers auront pour mission, dans les cantons qui le souhaitent, de contacter les habitants «afin de les renseigner et les aiguiller correctement sur la vaccination» – quel charabia! – et que le conseiller fédéral Alain Berset répète à l’envi qu’il n’y a pas de salut hors de la vaccination, n’existe-t-il pas un très léger risque que l’information massive qui doit faire sortir les non-vaccinés de l’ignorance crasse dans laquelle ils croupissent ne soit pas tout à fait objective?

Et nous dira-t-elle, cette information massive, comment nous devons définir le matraquage médiatique que nous avons subi, à grand renfort d’«experts», durant les vingt derniers mois, puisque, apparemment, ce n’était pas de l’information?

Mariette Paschoud

 

1 https://www.20min.ch/fr/story/sans-forcer-et-dans-le-respect-des-opinions-de-chacun-468525385452.

Thèmes associés: Politique fédérale

Cet article a été vu 564 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions