Addiction

Il semblerait que l'entreprise pharmaceutique Moderna, qui fabrique d'autres vaccins que celui dont on parle sans arrêt, négocie avec la Confédération un «abonnement à la vaccination»1.

Si les mots ont un sens, ce qui est tout sauf certain de nos jours, il ne s'agirait pas pour Berne de s'engager à acheter des vaccins à intervalles réguliers ou en cas de besoin, un peu comme les membres de France-Loisir le font pour les livres, CD et DVD, mais bel et bien de satisfaire une sorte d'addiction à une substance appelée vaccination.

On veut espérer que cette effarante nouvelle est un bobard. Imaginez un peu ce que serait la vie des Suisses, une fois le coronavirus réduit à l'état de grippe saisonnière, s'ils devaient subir le matraquage actuel pour tous les vaccins produits par Moderna, simplement parce que des politiciens et des «experts» sont devenus «accros» à la vaccination!

M. P.

 

1 20 minutes du 22 décembre.

Thèmes associés: Politique fédérale - Société

Cet article a été vu 1581 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions