Tous aux abris!

Si les espoirs de l’association PRO VELO se concrétisent, huitante mille personnes, en Suisse,  devraient se rendre au travail à bicyclette durant les mois de mai et de juin, grâce à un challenge, intitulé Bike to work et destiné aux employés d’entreprises soucieuses d’«encourager l’activité physique et [de] renforcer l’esprit d’équipe chez les collaborateurs après le télétravail» rendu nécessaire par la pandémie. Les entreprises ayant annoncé leur participation à cette campagne de promotion du vélo et de la santé devraient être, si tout va bien, au nombre de trois mille environ1.

Je souhaite bien du plaisir aux automobilistes, piétons et usagers des transports publics, ainsi qu’aux cyclistes disciplinés – mais oui, ça existe! – qui se rendent quotidiennement au travail à vélo, même en dehors des challenges de PRO VELO: ils devront subir les «fantaisies» des challengers roulant sur les trottoirs, brûlant les feux rouges et pédalant «en solo ou en équipe jusqu’à 4 personnes» au beau milieu de la route.

J’espère que les patrons du bon demi-million d’entreprises suisses qui ont mieux à faire que de relever les défis de PRO VELO sauront faire preuve d’indulgence face aux arrivées tardives de leurs employés retardés par les travailleurs à deux roues.

Je forme aussi des vœux pour que l’opération Bike to work ne contribue pas à faire grimper le nombre des accidents de vélo, déjà en nette augmentation selon les statistiques officielles2.

Il paraît que «l’opération “Bike to work” séduit aussi les défenseurs du climat». Quelle surprise!

M. P.

 

1 https://www.20min.ch/fr/story/plus-de-80000-cyclistes-attendus-sur-les-routes-du-travail-275148749266.

2 https://www.20min.ch/fr/story/velos-et-trotts-electriques-font-bondir-le-nombre-daccidents-379629639964.

Thèmes associés: Economie - Environnement - Politique générale

Cet article a été vu 207 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions