Générosité

Les jeunes socialistes suisses ne sont jamais à court d'idées quand il s'agit de vider les caisses alimentées par le contribuable. Sous couleur de favoriser les transports en commun, ils demandent à la Confédération d'introduire, après une période d'essai limitée – mais qui, apparemment, sera forcément couronnée de succès –, un titre de transport permettant de se déplacer dans une zone tarifaire régionale pour la modique somme de 1 franc par jour, correspondant à un abonnement mensuel de 30 francs au maximum1.

Il est vrai que les transports publics sont chers. Mais ce n'est pas un problème qui se résoudra à coups d'onéreuses mesures démagogiques financées uniquement par les gens qui ne vivent pas de l'aide publique prélevée sur leurs impôts.

Les jeunes socialistes se comportent comme si l'argent dépensé, parfois à tort et à travers, par la Confédération, les cantons et les communes était tombé dans les caisses de ces derniers par la vertu du Saint-Esprit.

Il faut reconnaître à leur décharge que les autorités elles-mêmes tendent à justifier ce bel optimisme: Berne a fait savoir que la Suisse s'apprêtait à accueillir cent cinquante-cinq enfants ukrainiens, handicapés mentaux et physiques, nécessitant des traitements lourds2. Il n'y a rien à redire à cela, mais pourquoi prétend-on que les coûts des traitements seront pris en charge par les caisses d'assurance maladie et par les cantons? Pourquoi ne dit-on pas simplement que les coûts des traitements seront prélevés sur les primes pharamineuses des assurés et les sous trop souvent gaspillés des contribuables?

Craindrait-on des manifestations de mauvaise humeur, qui choqueraient assurément les jeunes socialistes suisses?

Mariette Paschoud

 

1 20 minutes du 10 août.

2 20 minutes du 11 août

Thèmes associés: Politique fédérale

Cet article a été vu 216 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions