Redéfinir la neutralité

C'est sous ce titre qu'une brève de 20 minutes annonçait, le 18 juillet, au lecteur perplexe que notre bon conseiller fédéral Ignazio Cassis avait «demandé à son Département des affaires étrangères d'examiner le futur de la politique de neutralité» et qu'était privilégiée la  piste de «la coopération avec des Etats “aux valeurs prochesˮ, y compris au sein de l'OTAN».

M. Cassis a certainement lu 1984 et en a fait son profit: la guerre c'est la paix, la liberté c'est l'esclavage, l'ignorance c'est la force et la neutralité c'est la coopération avec des belligérants.

M. P.

Thèmes associés: Politique fédérale - Politique internationale

Cet article a été vu 191 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions