En direct de Sirius

La contradiction par la vocifération (petite technique médiatique classique mais efficace)

Nous conseillons à nos lecteurs branchés et anglophones de se rendre d'urgence à l'adresse www.youtube.com/watch?v=tE3pMPObcGU – pour autant que la séquence n'en ait pas été «nettoyée». Ils pourront y suivre des extraits commentés d'échanges verbaux entre un syndicaliste australien en quête de réponses qui tardent à venir et un perroquet médiatique sur l'éventualité d'un complot touchant aux événements du 11 septembre 2001. Ils y entendront Kevin Bracken (secrétaire pour Victoria du syndicat Maritime Union et président du Victorian Trades Hall Council – chambre du commerce de Victoria) exposer en toute sérénité ses doutes et subir, imperturbable, les sarcasmes du véhément Jon Faine1 (ancien avocat, sorte de tout petit Larry King, présentement salarié de la chaîne radio australienne 774 ABC). Ils y entendront de superbes exemples d'amalgames, au demeurant interchangeables avec ceux servis sur d'autres ondes mais sur le même thème par certain causeur philosophique français très prolixe sur la question.

Ceux qui, comme nous, ont une patience limitée, en viendront bientôt à s'exclamer: «Oui, Mr Faine, vous avez raison, la terre n'est pas plate! Oui, Mr Faine, des hommes se sont bien posés sur la lune; à cette époque, les soviétiques n'auraient été que trop heureux de prouver le contraire… Non, Mr Faine, la question des événements survenus le 11 septembre 2001 est loin d'avoir été clarifiée par le rapport bidouillé de la commission d'enquête officielle dont les résultats surréalistes sont, au-demeurant, aussi lamentables – puisque vous y venez dans vos imprécations hertziennes – que ceux de la Commission Warren pour l'assassinat de Kennedy. Mais, en fin psychologue, vous le savez sans doute, Mr Faine: plus le mensonge est “hénaurme” plus il est facilement gobé par le bon public. Les braves gens se disent: “Ce n'est pas possible… Ils n'ont pas pu aller aussi loin?!” Et puis, une fois le mal fait, les moins engourdis se réveillent et s'étonnent des mensonges qui font, à mesure de temps et de détermination, surface. Mais c'est alors trop tard, et les vôtres ont gagné. La Pax americana règne sur Bagdad en dégageant une forte odeur de cadavres et de détritus!»

AFP: L'Evêque de Rome l'a dit (nous aussi)2

(23 novembre, Cité du Vatican) – Le souverain pontife aurait-il eu vent de la boutade «Jesus loves you… but I'm his favourite child»3lancée par Lady Michèle Renouf en décembre 2006, à Téhéran, lors de son exposé sur ce qu'elle nomme l'«holocaustianité»? Toujours est-il que SS Benoît XVI a exprimé qu'«il n'y a plus de peuple préféré, de peuple choisi, tous les hommes et toutes les femmes de tous les pays sont devenus le peuple choisi».

Nous sommes donc au moins trois à avoir porté notre choix sur d'autres candidats… Et l'auteur de ces lignes ne serait pas surpris qu'on en remette une couche sur les prêtres pédophiles.

Ouf!

(26 octobre – Bagdad) – L'Irakien Tarek Aziz, ex-ministre des affaires étrangères du dernier gouvernement légitime du pays vient d'être condamné à mort. A notre connaissance, le précédent condamné à mort – toujours sur les suggestions appuyées des prosélytes du système démocratique – ayant occupé un poste similaire s'appelait Joachim von Ribbentrop. Mais celui-ci avait au moins disposé d'assez de temps pour rédiger in extremis des mémoires4 permettant, entre autres, d'éclairer d'un jour intéressant les efforts anglo-polonais pour aider aux déclarations de guerre à l'Allemagne de l'Angleterre puis de la France, le 3 septembre 1939. Nous gageons que l'axe du Bien se gardera bien de laisser pareil loisir à l'infortuné Tarek Aziz.

Croquemitaineries de saison (à grands pas vers la prochaine)

Bourses plates, cotes de popularité en berne… Colis piégés vers Chicago, bombinettes tous azimuts à Athènes… Couvrez-vous bien, il va faire guerre!

Max l'Impertinent


1 Prononcer «Faine» un peu comme dans «Feinsilber».

2 Le Pamphlet, septembre 2006, n° 357, p. 2.

3 «Jésus t'aime… mais c'est moi, son enfant favori».

4 Joachim v. Ribbentrop: De Londres à Moscou – Mémoires, éditions Déterna, ISBN 978-2-913044-67-8 qu'on pourra recouper avec les Documents relatifs à l'histoire des origines de la guerre, Auswärtiges Amt, 1939, n°2, Berlin Reichsdruckerei.

Cet article a été vu 1110 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions