Billet de France

Ces élus locaux qui aiment le peuple… de loin!

Le Conseil Général de la Haute-Vienne – assemblée élective qui administre la collectivité territoriale qu'est le département – ne montre vraiment pas l'exemple. Alors que la plupart des habitants de ce département se contentent du SMIC ou, pire, d'un abonnement à Pôle Emploi, les services centraux du Conseil Général vont bientôt occuper les bâtiments de la Visitation – ancien monastère des Visitandines de 14 000 m2 – à Limoges, après des travaux pharaoniques qui auront coûté 27,5 millions d'euros. Madame Pérol-Dumont, présidente socialiste du Conseil Général, entourée de ses courtisans, disposera ainsi d'un magnifique palais tout à fait en harmonie avec sa maison de type Mansart située à l'ouest de la ville. Le peuple est d'ailleurs invité à «découvrir et s'approprier l'Hôtel du département, maison commune de tous les Haut-Viennois»1 à l'occasion de deux journées portes ouvertes. Les braves roturiers et autres vilains profiteront sans doute de cette visite pour remercier de vive voix Madame la présidente et lui apporter, tel un placet, leur avis d'imposition à la Taxe Foncière et à la Taxe d'Habitation; des taxes qui ne cessent d'augmenter inexorablement chaque année, et qui, aujourd'hui, peuvent représenter jusqu'à deux mois de salaire. C'est l'histoire de cette jeune secrétaire au revenu modeste – 1200 euros par mois – locataire à Limoges d'un appartement de deux pièces, qui a été obligée de déménager en raison du montant de sa taxe d'habitation qui couvrait la totalité d'une paye. Cette situation ne semble guère inquiéter la Dame de fer du département, une forte personnalité qui est connue pour son intransigeance et sa façon bien à elle de considérer le Conseil Général comme une simple chambre d'enregistrement au service de ses seules ambitions politiques. Il est vrai aussi que le traitement brut mensuel d'un président de Conseil Général, soit 5397,83 euros2, auxquels s'ajoutent certains avantages en nature, peuvent légitimement motiver une enseignante en disponibilité qui siège également à l'Assemblée Nationale3.

Les écoliers apprennent encore que l'Ancien Régime a consacré la plus cruelle des injustices, celle de la naissance; un raccourci qui fait partie intégrante du catéchisme républicain et de ses contrevérités historiques. Pendant de nombreuses années, les braves gens ont cru ainsi que leurs représentants élus, animés des plus nobles sentiments, étaient capables de se mettre au service de l'intérêt général. Ils croyaient également que les politiciens locaux, issus de leur terroir, du cru en quelque sorte, avaient pour priorité l'amélioration de leur quotidien. Aujourd'hui, ils découvrent des roitelets accrochés à leur siège curule et qui y sont maintenus par tous les idiots utiles qui ne mordent jamais la main qui les nourrit.

Dupont le Franchouillard

1 Magazine Haute-Vienne L'express no 28, octobre 2010.

2 Source : circulaire du 9 février 2007.

3 Place no 428 dans l'hémicycle.

Thèmes associés: Politique française

Cet article a été vu 1558 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions