Les nouvelles aventures...

Çui qui l'dit c'est çui qui l'est!

Quand, même s'il s'est rétracté par la suite, Marc Knobel, agent du Conseil représentatif des juifs de France (CRIF), accuse Robert Faurisson d'avoir touché 120'000 euros du président iranien Ahmadinejad, alors que le cadeau était un livre, l'auteur de la calomnie prouve tout simplement qu'il n'aurait pas hésité, lui, à accepter une grosse somme d'argent de la part d'un politicien.

Quand Valérie Igounet, prétendument spécialiste du négationnisme et de l'extrême droite de France, accuse, dans son livre Robert Faurisson, portrait d'un négationniste, le professeur d'être guidé par la haine, elle prouve tout simplement qu'elle est elle-même fort haineuse.

Il ne faut jamais oublier que les procès d'intention et les calomnies reflètent toujours des pensées et des comportements dont leurs auteurs sont capables au point de ne pouvoir envisager que leurs cibles ne mangent pas de ce pain-là.

Du côté de l'Espagne

    Un officier suédois à la retraite, Göran Holming, a porté plainte auprès du Tribunal suprême de Madrid contre l'ancien président du gouvernement espagnol Zapatero, les ministres de la justice et de l'intérieur qui sévissaient à ses côtés à l'époque, et le tristement célèbre juge Garzón – suspendu depuis à la suite d'une affaire «mémorielle» hautement morale et moralisatrice. Le Suédois accuse ces illustres personnages d'avoir extradé illégalement le poète autrichien Gerd Honsik vers son pays d'origine, où il a passé quatre ans en prison – il a été libéré le 6 septembre 2011, comme nos lecteurs le savent – pour ses écrits révisionnistes.

Autre nouvelle ibérique: Pedro Varela, condamné pour ses activités de libraire révisionniste, a quitté le 8 mars sa prison barcelonaise après quinze mois de détention.

Mariette Paschoud

Thèmes associés: Révisionnisme

Cet article a été vu 1074 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions