Les nouvelles aventures...

Censure

   

Contrairement à ce qu'un vain peuple pense, les peines de prison infligées aux révisionnistes d'Allemagne, d'Autriche ou d'ailleurs n'ont pas qu'un but punitif. Elles doivent servir aussi et surtout à remettre des cerveaux malades dans le droit chemin de la vérité officielle. Les «patients» se montrant particulièrement rétifs aux vertus thérapeutiques  de l'emprisonnement, il importe de compléter ce dernier par des traitements annexes,  parmi lesquels la censure occupe une place de choix. C'est ainsi que le révisionniste allemand Axel Möller, incarcéré à Stralsund, est autorisé à lire la presse de gauche et d'extrême gauche, mais pas celle, forcément de droite, qui pourrait entraver sa marche vers la guérison. Dans le même esprit, le prisonnier ne peut recevoir que des courriers rédigés en allemand, de manière à ce que le juge chargé de détecter dans les lettres les éléments susceptibles de nuire à la cure puisse accomplir son indispensable travail sanitaire sans avoir à suivre des cours de français, d'anglais ou de quelque autre langue.

Faux ami

    Les gens qui, comme Nikolaos Mihaloliakos, dirigeant du parti grec Aube dorée, nient non seulement l'existence des chambres à gaz mais aussi celle des fours crématoires des camps de concentration allemands ne sont pas des révisionnistes mais des provocateurs, ignorants de surcroît, à moins qu'ils n'aient choisi ce moyen pour discréditer davantage encore les révisionnistes authentiques. Méfiance, méfiance!

Spectacle

    Quoi qu'on puisse penser par ailleurs des gardiens d'une certaine mémoire et des exécuteurs de leurs œuvres, on ne saurait leur dénier une persévérance et une imagination éminemment admirables. Il faut dire toutefois que ces deux vertus leur sont imposées par l'urgente nécessité de faire pièce aux progrès du révisionnisme.

    La dernière trouvaille, issue d'un cerveau tchèque, consiste à sillonner cet été l'Europe centrale avec un train-théâtre constitué de wagons à bestiaux, qui donnera dans diverses gares un spectacle inspiré de l'histoire évidemment vraie d'une jeune déportée en butte aux pratique humiliantes des nazis.

    Le train partira à mi-juillet de la gare de Prague-Bubny. Donc, si vous ne savez vraiment pas que faire de vos vacances…

Mariette Paschoud

Thèmes associés: Révisionnisme

Cet article a été vu 847 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions