Bricoles

Mise au point

On apprenait le 13 septembre que «la Maison Blanche ne retirera[it] pas sa menace d'une action militaire unilatérale contre le régime de Bachar el Assad, car elle estim[ait] essentiel de maintenir une pression qui avait abouti aux développements de la semaine écoulée».

Les choses n'auraient peut-être pas évolué si vite en effet sans la fameuse pression, mais il n'en reste pas moins que l'intervention de Vladimir Poutine à propos des armes chimiques syriennes a sauvé la mise à Barack Obama qui, lâché par tous ses alliés crédibles, a pu sans perdre la face repousser le vote du Congrès, dont le résultat n'était pas acquis en dépit d'une propagande effrénée.

Bien joué!

La nouvelle convention sur les successions qui devrait lier prochainement la Suisse et la France pénalisera considérablement, sur le plan fiscal, les héritiers demeurés en France de Français domiciliés en Suisse. En effet, c'est le droit des successions français qui s'appliquera alors pour les malheureux légataires, lesquels se verront prélever 45% de leur héritage, alors que le droit suisse ne leur prenait que 7%.

Loin de se réjouir à la perspective de contribuer encore plus aux gaspillages de l'Etat français, ce qui serait un indice de leur conscience citoyenne, les futurs héritiers semblent, pour beaucoup, désireux de venir s'installer dans notre beau pays.

Je ne devrais pas critiquer la conseillère fédérale Widmer. C'est une fine politique grâce à qui la Suisse prospère verra augmenter le nombre de ses contribuables et la France ruinée diminuer le sien.

Population décimée

Sauve qui peut! Entre juin et juillet 2013, la Suisse a connu deux flambées de rougeole: vingt-neuf cas en Suisse centrale et huit au Tessin. Que fait le gouvernement fédéral?

Le gouvernement fédéral compte dépenser six millions de francs pour éradiquer cette affreuse et mortelle maladie d'ici à 2015 – les cantons seront autorisés à payer la moitié de la facture, merci pour eux. Eradiquer? Enfin presque, puisqu'on espère que 95% de la population sera alors vaccinée, soit 19% de plus qu'actuellement.

Si on laissait faire la nature, les petits enfants continueraient à attraper la rougeole à un âge où elle n'est qu'un mauvais moment à passer et la population serait immunisée sans qu'il soit nécessaire de dépenser des millions.

En attendant, on interdit de salle de classe, voire d'établissement scolaire, toutes les personnes non vaccinées pour un seul cas de rougeole déclaré. En effet, une directive de cet organisme totalitaire qu'est l'Office fédéral de la santé publique préconise l'exclusion des moutons noirs pour vingt et un jours. Combien de parents et de maîtres résisteront durablement à cette «mesure préventive» qui n'est rien d'autre qu'une incitation à la vaccination sous forme de chantage?

Tribunaux étrangers

Le Conseil fédéral, contre l'avis de la plupart des partis, heureusement, serait favorable à ce que les initiatives populaires soient contrôlées non seulement sous l'angle de la validité des signatures mais aussi sous celui de leur compatibilité avec le droit international et, en particulier, avec le droit européen.

Ce n'est pas pour nous étonner, tant nos «sages» semblent disposés à s'incliner devant les diktats de l'étranger et ceux des cours judiciaires non helvétiques.

N'a-t-on pas appris au cours de l'été que la Cour européenne des droits de l'homme avait une nouvelle fois condamné notre pays dans une affaire de demande d'asile qui devrait relever de notre seule souveraineté? que le Conseil fédéral est prêt à accepter un rôle accru de la Cour de justice de l'Union européenne dans le cadre du renouvellement de la voie bilatérale? et que, enfin, la conseillère fédérale Widmer semble trouver légitime que les banques suisses qui ne sont pas encore dans le collimateur de la justice des Etats-Unis soient astreintes à prouver qu'elles n'ont pas enfreint la loi américaine, les USA se chargeant ensuite de décider de la procédure judiciaire à appliquer – ou pas?

On se plaît à regretter de ne pouvoir congédier tous ces mauvais serviteurs comme des malpropres.

Elle l'a fait!   

On entend souvent dire à juste titre que les défenseurs inconditionnels des requérants d'asile – qui, cela va de soi, ont le monopole de la générosité et du sens de l'accueil –   devraient commencer par prêcher d'exemple en ouvrant leurs propres portes à ces victimes de persécutions avérées ou non.           

La conseillère d'Etat écologiste argovienne Suzanne Hochuli, chef du Département de la santé et des affaires sociales de son canton, s'est exécutée en accueillant chez elle une femme angolaise et ses deux enfants.

C'était fin juillet. On ne sait pas pourquoi ces requérants sont en Suisse ni ce que l'expérience a donné, mais un tel exemple de cohérence est suffisamment rare pour qu'on le salue.

Histoire belge

Des chercheurs appartenant à un institut belge promettent de mettre au point une technique de fécondation in vitro peu coûteuse. On n'arrête pas le progrès!

Les chercheurs en question seront en outre des bienfaiteurs du tiers-monde, puisque la nouvelle technique sera destinée prioritairement aux pays en voie de développement, qui souffrent, comme chacun sait, d'un déficit démographique chronique!

Crime de lèse-presse

S'exprimant devant les éditeurs de journaux suisses-allemands le 13 septembre à Interlaken, le conseiller fédéral Ueli Maurer a dénoncé l'uniformité des contenus et opinions publiés par les médias suisses, ainsi que l'asservissement d'iceux aux tabous du politiquement correct.

Ses auditeurs se sont empressés de lui donner raison en le huant quasiment comme un seul homme.

Somme toute, il n'est pas si mal ce Maurer!

Proposition

Des requérants d'asile ont manifesté, en campant en ville de Soleure, contre leur installation «indigne d'un être humain» dans un abri de protection civile. Ils ont en outre refusé les solutions de rechange qu'on n'aurait jamais dû leur proposer.

S'ils aiment tellement le camping, pourquoi ne pas leur proposer de passer l'hiver sous tente ?

Cet article a été vu 1074 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions