Bricoles

Obsession

Il y a une cinquantaine d'années, les privilégiés qui disposaient d'un téléviseur suivaient avec émotion le feuilleton Belle et Sébastien. C'était l'histoire d'un petit orphelin et d'un énorme montagne des Pyrénées que liait une amitié indéfectible. Ça se passait dans la montagne à proximité de l'Italie et les hors-la-loi poursuivis par les gardes-frontières étaient d'authentiques contrebandiers.

Comme les bonnes recettes doivent être réutilisées et qu'il est évidemment plus facile d'adapter un scénario déjà existant que de faire œuvre de véritable créateur, un réalisateur du nom de Nicolas Vanier nous fournit une nouvelle mouture de Belle et Sébastien. Mais n'allez pas croire que ce cinéaste est incapable d'innover: l'histoire se passe cette fois-ci pendant la deuxième guerre mondiale – comme c'est original, ma chère! Et les «contrebandiers» font passer en Suisse des familles juives – ça, personne n'y avait encore pensé – dont on se demande bien pourquoi Monsieur Vanier les expédie dans un pays qui, c'est notoire, envoyait à la mort tous les israélites assez audacieux pour mettre le pied sur son territoire.

Obstination

L'activiste bernois de Greenpeace Marco Weber, qui avait été emprisonné fin septembre en Russie en compagnie d'autres agités suite à une «action contre une plateforme pétrolière de l'Arctique», a été libéré grâce à une amnistie. Rentré en Suisse, au lieu de se tenir tranquille, ce «héros» s'est exprimé devant la presse et aurait déclaré notamment qu'il n'hésiterait pas à recommencer. Il a également fait preuve d'une rare ingratitude en ce qui concerne l'amnistie dont il a bénéficié. «Ça ne fait aucun sens que je sois gracié pour un délit pour lequel  je n'ai pas été condamné», aurait-il déclaré. Sans doute aurait-il préféré attendre d'être condamné à quinze ans de prison pour piraterie.

Ce monsieur fait et pense ce qu'il veut. Mais, la prochaine fois qu'il se trouvera dans les ennuis pour cause d'activisme indésirable, on saura gré à son père de ne pas réclamer de l'aide par voie de presse.

Optimisme

Depuis le début de 2013, chaque conjoint peut conserver son nom de célibataire, mais peu de femmes recourent à cette possibilité (5 à 10% dans les cantons de Vaud, du Valais et du Jura). Le responsable de l'Etat civil vaudois, Jean-François Ferrario, déplore un échec de la nouvelle loi, «qui partait d'une volonté d'égalité». La déléguée à l'égalité et à la famille du canton du Valais, Nicole Langenegger Roux – qui, semble-t-il, n'a pas souhaité non plus se mettre au goût du jour –, taxe cette manière de voir de défaitisme: il suffit d'attendre que les idées reçues et la pression sociale disparaissent et le fait qu'une femme mariée garde son nom de jeune fille finira par se banaliser.

Reste à voir si ce bel optimisme se verra récompensé. A cinq ou dix pour cent près, les femmes sont incroyablement conservatrices.

A bas l'amnistie!

Marco Weber n'est pas seul à mépriser la mansuétude des autorités russes. Les Pussy Riot, qui ont elles aussi bénéficié de l'amnistie – et dont la seule faute était d'avoir chanté une «prière punk» contre Vladimir Poutine dans la cathédrale du Christ Sauveur de Moscou, selon la presse, laquelle se garde bien de s'étendre sur les circonstances de l'événement –, se sont hâtées de dénoncer une opération de communication.

Après ça, on s'étonnera que les délinquants restent enfermés dans les geôles russes!

Mépris

Selon un récent communiqué trouvé sur le site de la Radio Télévision Suisse, les Suisses diraient non à l'initiative «contre l'immigration de masse». Fort bien. Mais on nous dit aussi que «la plus forte opposition à l'immigration ne vient  pas des classes inférieures1, mais des personnes avec un revenu mensuel compris entre 5000 et 7000 francs (…)»

Que de mépris à l'égard des «plus démunis»!

1 Souligné par moi

Alignement

Il était prévu que Dieudonné donne son spectacle controversé à Nyon en février. Comme cette ville vaudoise est, semble-t-il, soumise aux autorités françaises, ses édiles avaient fait savoir qu'ils annuleraient ledit spectacle, au nom d'hypothétiques risques de trouble à l'ordre public naturellement, s'il était interdit sur tout le territoire hexagonal.

Grâce au ciel, la douloureuse décision sera épargnée à ces démocrates purs et durs, puisque l'humoriste a depuis lors annoncé qu'il changeait de spectacle.

M.P.

Cet article a été vu 1090 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions