Comme c’est curieux!

D’aucuns se sont indignés que les requérants d’asile et quelques autres «migrants» atteints de la gale voient leur très coûteux traitement pris en charge, alors que les indigènes risquent de devoir le payer de leur poche. C’est d’autant moins normal en effet que, de l’avis d’un éminent médecin soucieux d’éviter toute stigmatisation, «le phénomène de la gale a été constaté en Suisse avant l’arrivée des nombreux Erythréens».

Voilà une étrange façon de s’exprimer. Est-ce à dire que seuls des Erythréens et des Suisses ou des gens établis chez nous de longue date en sont atteints? Et, si tant d’habitants de notre beau pays souffrent de la gale, pourquoi l’institut Swissmedic n’a-t-il pas commercialisé sur le marché helvétique le «médicament qui coûte des centaines de francs» et «doit être importé» parce que «aucune pharma indigène ne le produit», permettant ainsi aux assurances de base de ne pas le rembourser?

On demande des statistiques!

M. P.

Thèmes associés: Immigration - Politique fédérale

Cet article a été vu 2459 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions