Tollé

On apprenait le 22 décembre que le gouvernement danois envisageait de confisquer les bijoux et autres objets de valeur des «migrants» pour financer leur accueil, et que cette proposition avait suscité un tollé.

Quand la presse évoque un tollé, cela signifie en général que les journalistes et autres donneurs de leçons de gauche, appuyés par quelques dizaines de milliers de citoyens totalement déconnectés de la dure réalité, manifestent bruyamment une indignation qui n’a rien à voir avec l’opinion de la majorité dite silencieuse.

Une partie des gens qui exigent d’être accueillis en Europe et qu’on nous présente comme complètement démunis ne le sont pas? Quelle bonne surprise! Et comme ils doivent être heureux de pouvoir vivre dans la dignité en participant à leur entretien! Car il n’y a rien de plus humiliant que d’être contraint de vivre de la charité publique.

Il y a tout lieu de croire que les Danois, dans leur immense majorité, les moins favorisés en tête, ne se sont pas associés au tollé et approuvent pleinement la mesure de bon sens proposée par leur gouvernement. Rien ne permet de penser qu’ils sont différents des Suisses, chez qui cette pratique existe depuis plusieurs années sans que personne ne s’en émeuve.

M. P.

Thèmes associés: Immigration - Médias

Cet article a été vu 2629 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions