Au courrier (II)

(…)

«Service civil» contre service armé? – Le sacrifice (très modique) en sueur ne saurait décemment être placé sur pied d’égalité avec le sacrifice en sang. Ce dernier est souvent définitif.

Au moment de la sinistre et hautement néfaste (et tout sauf «innocente» car déjà «désarmante») «réforme Oswald», j’avais rencontré le commandant de corps Roch de Diesbach – qui venait de quitter ses fonctions – pour lui exprimer mon sentiment qu’on trahissait notre pays à Berne. Il avait été surpris par mes observations, mais il en avait pris note. C'était il y a... quarante-quatre ans!  («Comme le temps passe...», aurait sans doute ajouté le lieutenant Brasillach.)

L’ami Roch est mort depuis longtemps... mais mon intuition d’alors n’a cessé de se voir confirmer à mesure de temps, au gré des événements... et des (in/non-)décisions «fédérales».

(…)

M.-H. H.

Thèmes associés: Armée - Au courrier

Cet article a été vu 3116 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions