Nous avons peur!

PolluxLe Pamphlet n° 467 Septembre 2017

Après les attentats survenus cet été en Espagne, comme après tous les autres qui ont endeuillé la France, la Belgique, la Grande-Bretagne, l’Allemagne, la Suède et la Finlande, des politiciens et une partie de la population sont descendus dans les rues en affirmant: «Nous n’avons pas peur!»

En réalité, tout le monde crève de trouille.

Les gens déclarent qu’ils n’ont pas peur, afin de conjurer leur peur de mourir dans un prochain attentat; c’est assez naturel. Mais surtout, ils le font parce qu’ils ont peur qu’on les accuse d’avoir peur, ou qu’on leur reproche de ne pas avoir déclaré qu’ils n’avaient pas peur. Ils ont peur de ne pas être des citoyens exemplaires, de ne pas correspondre au modèle social dominant. Ils ont carrément peur qu’on leur reproche un comportement inadéquat, un faux pas, un dérapage. Ils ont peur qu’un journaliste, ou peut-être un de leurs voisins, ou n’importe quel autre citoyen lambda improvisé redresseur de torts – mû lui aussi par la peur de ne pas en faire assez – les dénonce publiquement en les accusant de déviationnisme.

En d’autres termes, ce n’est pas de l’Etat islamique qu’ils ont peur, mais de leur propre société et de leurs propres compatriotes. Ils n’ont pas peur des autres, mais d’eux-mêmes.

C’est aussi vrai chez les personnalités publiques, les politiciens, les fonctionnaires, les juges, les journalistes. Ceux d’entre eux qui refusent de désigner l’ennemi ou qui pactisent avec lui, ceux qui dissimulent les informations dérangeantes, ceux qui excusent les criminels ou les relâchent dans la nature ne sont pas tous des idéologues gauchistes animés d’un désir conscient de pervertir la société. En réalité, la motivation première de la plupart de ces gens, comme dans tout régime totalitaire, c’est la peur. Peur du régime, peur du système, peur de ses semblables.

Dire: «Nous n’avons pas peur!», c’est un peu comme dire: «Nous ne céderons pas!» On sait qu’on a peur et qu’on va céder, mais on n’ose pas l’avouer et on préfère affirmer le contraire pour se donner de la contenance.

Pollux

Thèmes associés: Immigration - Politique internationale - Société

Cet article a été vu 567 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions