Nausée

La veulerie occidentale suscite le mépris. On ne compte plus sur notre continent les victimes  innocentes de ce comportement. L’islam, s’il n’est pas directement en cause dans l’assassinat d’une soixantaine de personnes à Las Vegas, sans compter les centaines de blessés, par un «paisible retraité», Stephen Paddock, pourrait bien avoir inspiré ce dernier ou l’avoir désinhibé. L’islam agit ainsi, peut-être, sur des êtres chez lesquels il révèle des pulsions meurtrières que flatte incontestablement le Coran et qui seraient restées latentes en milieu sain. C’est une hypothèse, mais elle n’a rien d’absurde.

Les hommes sont solidaires les uns des autres et un abaissement du niveau général des exigences morales a très certainement une incidence sur les plus fragiles. Stephen Paddock tendrait à le prouver, comme le confirme aussi sa proche ascendance.

La presse révèle généralement les carences administratives ou judiciaires liées à ce développement de la criminalité. Elle n’évoque jamais les carences des autorités intellectuelles, et même religieuses.

Si l’arbitraire est non seulement toléré, mais loué et promu à travers la vie littéraire ou confessionnelle, quoi d’étonnant à ce que s’ensuive un désordre généralisé des esprits. On ne peut en même temps condamner le meurtre et le promouvoir avant la naissance de l’être humain. C’est pourtant ce que fit Madame Simone Veil, entrée au Panthéon après sa mort, élue à l’Académie française de son vivant.

Pauvre Occident: il ne connaît plus même l’étendue du mal qu’il répand dans les esprits et dans le monde entier. Seule l’apparence du bien l’intéresse.

Je conclurai donc ce billet, assez bref, par cette réflexion d’Oscar Wilde (il la répète dans son essai De profundis): «Le vice suprême est d’être superficiel. Tout ce que l’on comprend est bon.»

Mais encore faut-il vouloir comprendre!

Michel de Preux

Thèmes associés: Religion

Cet article a été vu 333 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions